Publicité

OM-Ajax: un match fou, un triplé d'Aubameyang... et une qualification assurée pour la suite de la compétition

Une soirée renversante pour s'offrir un printemps européen. Au terme d'une rencontre complètement folle, l'Olympique de Marseille est venu à bout de l'Ajax Amsterdam (4-3) ce jeudi soir au Vélodrome. Grâce à ce succès, les Phocéens sont assurés de finir à l'une des deux premières places de leur groupe de Ligue Europa et auront une "finale" à jouer dans deux semaines sur la pelouse de Brighton.

Poussé dans ses retranchements, l'OM a été rejoint au score à trois reprises par des Néerlandais accrocheurs. Le salut est finalement venu de Pierre-Emerick Aubameyang, auteur d'un triplé et du but de la victoire sur pénalty à la 90+3e.

>> Ligue Europe: revivez OM-Ajax (4-3)

À l'heure des retrouvailles entre les deux équipes, beaucoup de choses avaient changé par rapport à la première manche il y a un peu plus de deux mois (3-3). Côté marseillais, Jacques "Pancho" Abardonado, qui avait étrenné son costume d'entraîneur intérimaire ce soir-là, a depuis cédé sa place à Gennaro Gattuso. À l'Ajax, pas épargnée non plus par les nombreux soubresauts depuis le début de la saison, John van't Schip est de son côté arrivé au chevet d'une équipe qui était en grande difficulté en championnat.

Malgré deux visages radicalement différents, les 22 acteurs nous ont pourtant offert un scénario étrangement similaire à celui du match aller: du spectacle, des buts en pagaille et un sentiment que chaque incursion dans le camp adverse peut se terminer au fond des filets.

Inspirés devant... un peu moins derrière

Mis sous pression par la victoire de Brighton sur la pelouse de l'AEK Athènes un peu plus tôt dans la soirée, un succès qui les empêchait de s'assurer la première place du groupe dès ce jeudi soir, les Olympiens ont entamé la rencontre tambour battant. Tancés par une banderole du virage Nord, les Marseillais ouvrent le score dès la 9e minute sur un pénalty d'Aubameyang. Une joie de courte durée puisque dans la minute qui suit, Brian Brobbey fait parler une première fois sa puissance en égalisant (1-1, 10e).

À la 26e minute, Chancel Mbemba remet l'OM devant en prenant d'une tête rageuse sur un corner de Jonathan Clauss (2-1). Décisif sur ce coup, le latéral international français l'est nettement moins quelques instants quand plus tard en étant battu par la vélocité et la technique de Brobbey, qui efface Clauss d'un contrôle orienté dans la surface et climatise une deuxième fois le Vélodrome (2-2, 30e).

Le bijou d'Aubameyang

Si Gennaro Gattuso pouvait jusqu'ici se reposer sur une défense solide à défaut de pouvoir compter sur une attaque inspirée, les plus de 60.000 spectateurs du Vélodrome ont assisté à une sorte d'inversion des pôles. Parfois pour leur plus grand plaisir. Rongé par le doute et pas cette double avance gâchée, l'OM reprend les devants au retour des vestiaires sur une inspiration d'Aubameyang. Sur un centre d'Amine Harit, l'attaquant gabonais s'envole et claque un magnifique retourné pour redonner l'avantage à son équipe (3-2, 42e). Déjà auteur d'un doublé à Amsterdam à l'aller, il récidive et profite donc de cette double confrontation pour gonfler des statistiques jugées jusqu'ici insuffisantes (8 buts en 18 matchs toutes compétitions confondues).

Malgré ce troisième but, le souvenir du scénario de la première période reste dans la tête des Marseillais, bousculés dans les minutes qui suivent par la vivacité des attaquants de l'Ajax. Il faut d'ailleurs une grosse parade de Pau Lopez devant Bergwin, auteur d'un sacré numéro dans la défense olympienne, pour s'éviter une nouvelle égalisation.

L'Ajax revient une troisième fois... à 10 contre 11

Dans la foulée de cette grosse frayeur dans la défense olympienne, la rencontre bascule avec l'expulsion de Berghuis (62e). Auteur d'un tacle très dangereux sur Joaquin Correa, le milieu offensif de l'Ajax est expulsé après visionnage de la vidéo.

À 11 contre 10, le scénario tant redouté a fini par s'écrire devant les yeux ébahis du Vélodrome. Tout juste entré en jeu, Akpom est plus vif que tout le monde et trompe Lopez en plaçant sa tête au premier poteau (3-3, 84e). Pour la troisième fois de suite, tout était à refaire pour les Marseillais. Pour la troisième fois, ils vont trouver les ressources pour repasser devant.

Désormais assurés de finir au moins deuxièmes, les Marseillais auront une véritable finale à jouer jeudi 14 décembre (21h) sur la pelouse de Brighton. Face aux Seagulls, qui les avaient tenus en échec au match aller au Vélodrome (2-2, 5 octobre), la donne est simple: un match nul suffira pour terminer à la première place, synonyme de qualification directe en 8e de finale sans passer par la case barrages.

Article original publié sur RMC Sport