Publicité

Olivia Grégoire, l’autre ministre des Jeux Olympiques de Paris

La main gauche glissée dans la poche de son pantalon blanc à liseré noir, l’autre qui triture un briquet emprunté à un conseiller, Olivia Grégoire savoure l’instant, face à la baie de Somme. Est-ce la vision de ce paysage lumineux qui a inspiré tant d’artistes et où elle venait se mettre au vert avec sa mère, enfant ? Pas seulement.

En cette fin de saison, les chiffres du tourisme en France sont ­excellents : 306 millions de nuitées en juillet et août dans ­l’Hexagone. Et les 80 millions de visiteurs étrangers seront atteints d’ici à la fin de l’année. Un peu de répit pour la ministre déléguée chargée du Tourisme, mais aussi des PME, du Commerce et de l’Artisanat, sur fond d’inflation persistante.

On a un match qualitatif à gagner

Olivia Grégoire

Trêve de courte durée, puisque l’année qui vient s’annonce dense. Elle sera « l’autre ministre » des Jeux olympiques et paralympiques de Paris (du 26 juillet au 8 septembre 2024). Celle qui doit préparer dans les meilleures conditions l’arrivée des nombreux voyageurs que l’événement planétaire va drainer. « On a un match qualitatif à gagner, avance-t-elle. Car la France est la première destination au monde, mais la seconde seulement en termes de recettes générées… L’Espagne est devant. Il faut améliorer l’accueil, le traitement. » Pas forcément accueillir plus – « Si on arrive aux mêmes chiffres que cette année, c’est bien » – mais mieux.

Deux chantiers sont sur la table. Le premier, faire du label Qualité tourisme le p...


Lire la suite sur ParisMatch