Publicité

OL: "Il a une politique illisible", le président de la Métropole de Lyon allume John Textor

Grand supporter de l'Olympique lyonnais, Bruno Bernard ne vit pas la période idéale depuis ce début de saison. Jeudi, le président de la Métropole de Lyon est revenu, sur BFM Lyon, sur la situation très tumultueuse que traverse le club rhodanien, entre crise de résultats, tensions en interne et dirigeants semblant dépassés.

"Le nouveau propriétaire de l'OL a une politique illisible"

"Je suis plus qu’inquiet de la situation de l’OL. Nous sommes dans une situation sportive catastrophique, avec de vrais risques de descendre en deuxième division. De plus, le nouveau propriétaire de l’OL a une politique illisible ! John Textor est arrivé en nous expliquant qu’il n’allait pas changer l’équipe dirigeante pendant trois ans et qu’il n’avait pas besoin d’un retour sur investissement rapide. Et que voit-on ? Jean-Michel Aulas est débarqué rapidement et un peu brutalement. Et on est en train de vendre les bijoux de famille : OL Reign, les filles de l’OL, maintenant l’Arena et aussi les meilleurs joueurs. Tout cela n’est pas très lisible et je suis naturellement inquiet."

Poursuivant ses propos sans aucune langue de bois, le patron politique de la Métropole - regroupement de 59 communes (pour près de 1,5 millions d’habitants) entourant la ville-centre Lyon - appelle au dialogue l’homme d’affaires américain : "Je le redis à John Textor : à Lyon, nous avons l’habitude de travailler ensemble (comprenez avec la Métropole). Nous avons l’habitude d’accompagner les projets de l’OL et mes prédécesseurs (notamment Gérard Collomb, maire et président de la Métropole jusqu’en 2020) ont fait pareil."

"Quand on achète une entreprise, on sait ce qui est dans les comptes. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’on n’est pas compétent"

Elu depuis 2020, Bruno Bernard (EELV) a toujours été fan de "son" club, toujours présent dans la tribune : "Attention, on ne peut pas continuer sur cette pente. Je ne comprends pas ce qui est fait. Là, je suis très inquiet sportivement." Et c’est la future vente de l’Arena – inaugurée le 23 novembre prochain par un match de basket de l’ASVEL – qui jouxte le Groupama Stadium qui inquiète encore plus le patron de l’agglomération : "On est en train de perdre des actifs de l’OL et de plus, nous sommes quasiment derniers du championnat, à cinq points du premier non relégable. Ce n’est pas le projet qu’on nous avait vendu. Je suis extrêmement inquiet de la situation des garçons."

Enfin, Bernard de tacler encore John Textor et ses associés qui ont racheté OL Groupe en décembre 2022, au bout de plus de six mois de négociations. Les nouveaux patrons évoquent très souvent la dette laissée par celui qui tenait la barre jusqu’à son débarquement en mai dernier, Jean-Michel Aulas. "Ils ont mis assez de temps pour conclure la vente", rappelle-t-il. "Quand on achète une entreprise, on sait ce qui est dans les comptes. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’on n’est pas compétent. Or, je pense qu’ils sont compétents. Ce qui me gêne, c’est cette illisibilité du projet."

Article original publié sur RMC Sport