Publicité

OL: deux individus condamnés à des peines de prison pour la tentative de cambriolage chez Moussa Dembélé

Deux quinquagénaires, jugés pour une série de vols et de tentatives de cambriolages dont celle de la villa de l'attaquant de l'OL Moussa Dembélé, ont été condamnés vendredi à Lyon à 18 mois et deux ans de prison ferme puis écroués. Le tribunal correctionnel n'a pas suivi les réquisitions du procureur Candide Bocciarelli-Ancel, qui avait relevé le "caractère organisé" des méfaits des prévenus et demandé trois ans et demi d'emprisonnement dont un an avec sursis et mise à l'épreuve et cinq ans de prison ferme. En outre, le magistrat avait réclamé notamment une amende de 5.000 euros et 5 ans d'interdiction des droits civiques, civils et de famille. Poursuivis pour "tentatives et vols en réunion", Djilali Bouamar, 57 ans, a été condamné à deux ans de prison ferme tandis que son comparse, Rachid Medjana, 51 ans, à un an et demi de prison ferme.

L'alarme avait fait fuir les cambrioleurs

Originaire de Saint-Etienne et bien connu de la justice, le duo avait été interpellé en flagrant délit le 28 mars dernier après une tentative et deux cambriolages dans le département de la Haute-Loire. Les deux hommes étaient alors pistés depuis un mois après une tentative de vol par escalade de la villa de Moussa Dembélé, située en banlieue lyonnaise, quand l'attaquant de l'Olympique Lyonnais disputait le quart de finale de la Coupe de France contre Grenoble (ndlr: 2-1 pour Lyon). L'alarme avait fait fuir les cambrioleurs.

Une empreinte génétique retrouvée sur place avait permis de remonter jusqu'aux prévenus, au casier judiciaire chargé avec respectivement trente et vingt mentions. Cette tentative de vol chez Moussa Dembélé avait suivi trois cambriolages aux domiciles d'autres joueurs de l'OL dans la périphérie de Lyon entre le 14 décembre 2022 et le 25 février dernier, avec des préjudices allant jusqu'à 150.000 euros. "Ils ne sont absolument pas mêlés aux vols répertoriés chez les joueurs de l'Olympique lyonnais qui ont été à l'origine de cette enquête" (ndlr: visant la tentative de vol Chez Moussa Dembélé), a rappelé dans sa plaidoierie Me Charlotte Dupuy, l'avocate de Djilali Bouamar qui a exprimé à l'audience ses regrets. "Il a une capuche mais oublie ses gants et il laisse son ADN en escaladant le portail" de la villa de Moussa Dembélé, a-t-elle souligné.

Mais pour le procureur Bocciarelli-Ancel, le choix d'une résidence d'un joueur de foot de l'OL ne devait "rien au hasard", l'accusation relevant que ce même prévenu avait tenté d'avaler une liste portant les noms et adresses de douze joueurs de clubs français de football et d'un cadre de formation de L'OL. Faute de preuve, le complice de M. Bouamar n'a pas été condamné pour la tentative de cambriolage du domicile de Moussa Dembélé.

Article original publié sur RMC Sport