Publicité

La nouvelle vie de Hatem Ben Arfa, grand fan de padel

Sa dernière apparition publique remonte à Roland-Garros en mai dernier. Son dernier message sur les réseaux sociaux fut un sévère tacle à Jean-Michel Aulas, son ancien président à l’OL à l’annonce de son départ du club en mai dernier. Hatem Ben Arfa (36 ans) est un homme très discret depuis la fin de son aventure à Lille en 2022. Pas officiellement retraité mais plus franchement cité comme potentielle piste pour un club.

"Hatem ne fait plus que ça"

Alors que le PSG et Newcastle, deux de ses anciens clubs, s’affrontent ce mardi en Ligue des champions (21h, sur RMC Sport) 1), le journal Le Parisien a retrouvé la trace de l’international français (15 sélections, 2 buts) sur les terrains de padel.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder PSG-Newcastle en Ligue des champions

Le natif de Clamart s’est mis assidument à cette discipline depuis un an et enchaîne les compétitions. Licencié du 4Padel Montreuil, il figure à la 1342e place du classement français (sur près de 42.300 joueurs classés). L’ancien joueur de l’OL croise la route de vieilles connaissances comme Christophe Jallet, son ancien coéquipier au PSG, ou l’animateur Cyril Hanouna. Dans ce sport qui se joue à deux, il fait parfois la paire avec des anonymes mais aussi avec le fils de Luis Fernandez ou le frère du tennisman Gaël Monfils, détaille le journal.

"Hatem ne fait plus que ça. Il joue tous les jours ou presque", témoigne au Parisien Roland Mermillod, juge-arbitre qui a côtoyé Ben Arfa lors de certaines de ses compétitions. De l’avis de personnes suivant ses prestations de près, l’ancien de la si prometteuse génération 1987 dispose d’une jolie gestuelle du bras gauche dans cette discipline dérivée du tennis. S’il n’a pas encore fait officiellement une croix sur le monde du football, sa nouvelle passion semble davantage l’accaparer.

Sa dernière victoire dans le foot est d’ailleurs assez éloignée des terrains. En mars dernier, Ben Arfa a fait condamner le PSG en justice pour harcèlement moral après avoir été écarté de l’équipe première parisienne d’avril 2017 à juillet 2018, pour avoir froissé Nasser Al-Khelaïfi devant l'émir du Qatar. Le club avait aussi été condamné à verser 100.000 euros à son ancien joueur qui en réclamait sept millions.

Article original publié sur RMC Sport