Publicité

Nice: l’entrejeu niçois retrouve des forces vives, Farioli devra choisir à Nantes

Toujours invaincus et jamais menés, les Azuréens veulent poursuivre sur leur lancée à la Beaujoire. Avec 8 victoires et 10 clean-sheets en 13 journées, le Gym est solidement ancrée à la deuxième place, à un point du PSG et avec cinq longueurs d’avance sur l’ASM, son premier poursuivant. Après avoir dû composer avec quelques absences au milieu du terrain (Youssouf Ndayishimiye et Hicham Boudaoui), Francesco Farioli retrouve de la densité dans ce secteur.

“La variété et les options qu’on a sont grandes. L’évaluation de la semaine est fondamentale, l’analyse de l’adversaire aussi, la complémentarité entre les joueurs, l’état de forme du moment… L’idée c’est de prendre tous ces éléments en compte pour faire les meilleurs choix.” Plusieurs options se détachent pour composer le milieu à 3 du 4-3-3 niçois samedi à Nantes, on fait le point.

Ndayishimiye, le roc

Le milieu burundais est la clé de voûte de l’édifice niçois bâti par Francesco Farioli. Milieu défensif en phase de possession, il devient défenseur central lorsque l'adversaire a le ballon. “J'ai la chance d'avoir déjà joué comme ça dans mon ancien club en Turquie (ndlr : Istanbul Başakşehir), le coach m'avait déjà vu là-bas. Il est venu ici et on a le même système donc c’est plus facile,” explique le principal intéressé. Avant son exclusion contre Rennes, il n’avait pas loupé la moindre minute depuis le début du championnat. Son profil hybride est unique dans le vestiaire niçois et même si Khephren Thuram a plutôt bien rempli l’intérim, Youssouf Ndayishimiye devrait retrouver son poste samedi.

Boudaoui, l'infatigable

Capable de parcourir plus de 13 kilomètres par match, le milieu algérien retrouve des couleurs depuis quelques semaines. Titularisé une seule fois sur les septs premières journées, il s’est depuis installé dans le onze jusqu’à sa suspension pour accumulations de cartons jaunes. Peu avare d’efforts, il a aussi l’aisance nécessaire pour se sortir de situations sous pression. Buteur décisif à Metz et Clermont, le joueur formé au Paradou sait aussi se projeter et apporter sa vista dans les derniers mètres à une équipe qui pêche dans la finition. Avec seulement 14 buts marqués, Nice est la onzième attaque du championnat.

Thuram, le joyau

“Khephren est un très bon joueur, il a une mentalité incroyable, c’est facile de jouer avec lui", résume Youssouf Ndayishimiye, qu’il a suppléé lors des deux derniers matchs comme pointe basse du milieu. “Il nous a apporté énormément dans ce rôle", remercie Farioli, mais l'entraîneur italien en attend davantage: “Avec ses qualités techniques et physiques, il peut nous apporter des statistiques très importantes en matière de buts et de passes décisives.“ En effet les compteurs sont bloqués à 0 cette saison pour le cadet des frères Thuram. Habitué à casser des lignes, il s’illustre surtout cette saison par son agressivité défensive et sa capacité à récupérer de précieux ballons au pressing. Le retour de Ndayishimiye devrait le faire remonter d’un cran sur le terrain.

Sanson, l’expérimenté

Prêté avec option d’achat (5M€) par Aston Villa, l’ancien montpelliérain, marseillais et strasbourgeois connaît par cœur la Ligue 1. Le cap des 250 matchs dans l’élite tout juste franchi, il s’est illustré en offrant sur un plateau le but de la victoire à Terem Moffi (1-0) dimanche dernier. Auteur d’un très bon début de saison dès son arrivée, Morgan Sanson a connu une baisse de régime, avant de profiter des absences de ses concurrents pour faire de nouveau parler sa qualité technique. Capable d’apporter du liant à une équipe qui en manque parfois, il risque de retrouver sa place sur le banc de touche avec les retours de Ndayishimiye et Boudaoui.

Diop, le couac

Titularisé pour la première fois de la saison, non pas en tant qu’ailier mais dans l’entrejeu, Sofiane Diop est sorti à la pause après avoir reçu un coup. “Il souffre d’une fracture du troisième métatarse droit, précise Francesco Farioli. C’est une blessure assez sérieuse. Il y en a pour environ 6 semaines. Une opération n’est pas prévue, on va observer l’évolution dans les prochains jours, mais il ne pourra pas faire son retour avant Noël en tout cas.” Coup dur, à quelques semaines de la CAN, pour celui qui a pour la première fois été appelé par le Maroc ce mois-ci.

Claude-Maurice, le revenant

Entré à la mi-temps contre Toulouse pour suppléer Diop, “ACM” a sorti une prestation solide. De quoi perturber Francesco Farioli dans ses choix? “J’ai été extrêmement satisfait de son entrée, se réjouit le coach du Gym. Il revenait de blessure et a apporté énormément de qualité au milieu. Sa science de la lecture du jeu, son timing sur le démarquage… On essaie de le mettre dans les meilleures conditions pour qu’il puisse montrer au mieux ses qualités.” Un retour progressif à la compétition pour un joueur, embêté par les pépins physiques, qui peine à confirmer les espoirs placés en lui à son arrivée sur la Côte d’Azur contre 15 millions d’euros.

Article original publié sur RMC Sport