Publicité

« On n’éduque pas les enfants à la sexualité, le porno le fait à notre place ! »

« Je reçois, en consultation, des jeunes femmes à qui leur petit ami demande de reproduire des scènes de porno et qui m’interrogent : Est-ce que je dois le faire ? », raconte le professeur Nisand.  - Credit:Mourad Allili/Sipa
« Je reçois, en consultation, des jeunes femmes à qui leur petit ami demande de reproduire des scènes de porno et qui m’interrogent : Est-ce que je dois le faire ? », raconte le professeur Nisand. - Credit:Mourad Allili/Sipa

« Nos ados sont ignorants et formatés par la pornographie », alerte Israël Nisand. Voilà plus de trente ans que le professeur de gynécologie obstétrique se rend dans les salles de classe pour parler sexualité aux adolescents. Un sujet crucial, qu'il voit aujourd'hui mis à mal par la désinformation, le machisme et l'intégrisme religieux.

Avec Parler sexe – Comment informer nos ados (éd. Grasset), l'homme de sciences entremêle au récit de son expérience de précieux conseils en matière de sensibilisation et place chacun face à ses responsabilités : « Le sujet de la sexualité est assez important pour qu'on ne sensibilise nos ados qu'au pistil des fougères ! » Il répond, en longueur et sans filtre, aux questions du Point.

Le Point : Qu'est-ce qui a motivé votre démarche à parler de sexualité en milieu scolaire ?

 - Credit: ©  J.-F. Paga
- Credit: © J.-F. Paga

Le professeur de gynécologie obstétrique Israël Nisand. © J.-F. Paga

Israël Nisand : J'ai été nommé professeur en 1991 à l'hôpital de Poissy en banlieue parisienne (Yvelines) et je voyais fréquemment des jeunes filles de 15-16 ans avec un bébé dans les bras qui me confiaient : « Ma maman m'a eue au même âge. » J'étais indigné face à ce cycle de pauvreté. Comme elles fréquentaient un collège situé juste en face de l'hôpital, je me suis dit que j'allais traverser la rue et proposer mes services au directeur – qui ne pouvait pas ignorer cette situation catastrophique. J'avais 40 ans et je n'étais pas encore très armé mais je refusais que l'entrée de ces jeu [...] Lire la suite