Publicité

Le « mugshot » de Donald Trump, inculpé en Géorgie, sert déjà à faire des goodies

La tasse avec le « mugshot » de Donald Trump, vendu sur un site soutenant l’ancien président inculpé dans quatre affaires criminelles.
La tasse avec le « mugshot » de Donald Trump, vendu sur un site soutenant l’ancien président inculpé dans quatre affaires criminelles.

ÉTATS-UNIS - Il lui faut bien cela pour rembourser la caution de 200 000 dollars qui lui permet de rester libre. Juste après la publication de son fameux « mugshot » ce vendredi 25 août, Donald Trump, inculpé pour avoir tenté de manipuler le résultat de l’élection de 2020 en Géorgie, a mis en vente sur son site Internet des goodies affublés du cliché historique.

Pour quelques dizaines de dollars, il est désormais possible d’acheter une tasse, un t-shirt ou encore un sticker décorés de la photo d’identité judiciaire de l’ancien président. Est aussi inscrite, de manière assez surprenante, la mention « Never surrender » (« Ne jamais se rendre » en français).

Il faut compter 25 dollars pour le mug (environ 23 euros), 24 dollars pour un t-shirt à manches longues ou courtes de couleur noire ou blanche, et 12 dollars (environ 11,10 euros) pour un set de deux stickers. Un set de deux refroidisseurs de canettes (« beverage cooler ») à 15 dollars est également disponible.

« Je n’ai commis aucun crime »

L’équipe du candidat à la Maison Blanche pour la présidentielle 2024 propose également d’obtenir l’un de ces goodies d’une autre manière. Dans un courriel qui dénonce le « deep state » (« État profond », concept complotiste selon lequel une hiérarchie cachée contrôlerait réellement le pouvoir), il est proposé de faire un don de 47 dollars à la campagne de Trump pour recevoir en cadeau un t-shirt « mugshot ».

Le milliardaire a également profité de son passage express en prison pour faire son retour sur X (ex-Twitter) après deux ans et demi d’absence. Il y a publié sa photo judiciaire en mettant le lien vers son site officiel, dans l’espoir de récolter encore un peu plus d’argent pour sa campagne qui lui coûte très cher en frais d’avocat.

« Aujourd’hui, à la prison du comté de Fulton, en Géorgie, connue pour sa violence, j’ai été ARRÊTÉ alors que je n’ai commis aucun crime », écrit l’ancien président sur son site dans un discours toujours plus violent. « Si vous le pouvez, s’il vous plaît faites une contribution pour expulser Joe Biden le malhonnête de la Maison Blanche et SAUVER L’AMERIQUE de ce chapitre noir de l’histoire de notre nation », ajoute-t-il.

Début avril dernier, lors de sa première inculpation pour des paiements frauduleux servant à étouffer des affaires embarrassantes avant l’élection présidentielle de 2016, Donald Trump avait déjà surfé sur cette médiatisation en faisant du merchandising. Il n’avait pas été pris en photo, mais un faux mugshot avait été imprimé sur des t-shirts. On ne sait pas combien en ont été vendus.

À voir également sur Le HuffPost :

Qui est Oliver Anthony, l’ouvrier et chanteur « anti-élites » qui dépasse Taylor Swift et Beyoncé ?

Donald Trump visé aux États-Unis par plusieurs affaires judiciaires : le récap pour y voir plus clair