Publicité

Mort d'un supporter avant Nantes-Nice: l'arrêté préfectoral n'aurait pas été respecté

C’est l'une des zones d’ombre que les enquêteurs devront éclaircir concernant les circonstances du drame qui a coûté la vie à un supporter du FC Nantes, mortellement blessé samedi soir à proximité de la Beaujoire avant le match Nantes-Nice.

"Peu avant 20h, plusieurs véhicules VTC transportant des supporters niçois ont été pris à partie par des supporters du FC Nantes" alors que les véhicules en question déposaient les supporters du Gym devant la Beaujoire, a indiqué le procureur de la République de Nantes, Renaud Gaudeul, à proximité de la zone occupée par les ultras de la Brigade Loire.

Comment expliquer que des supporters de l’OGC Nice se soient retrouvés dans ce périmètre à haut risque, avant un match "présentant des risques de trouble à l’ordre public" (classée à 2 sur l’échelle des risques de la DNLH, qui compte cinq niveaux)? Et alors même qu’il leur avait été précisément et formellement interdit par un arrêté préfectoral daté du mercredi 29 novembre de stationner et de circuler "sur la voie publique et d’accès au stade de la Beaujoire de Nantes" dans des périmètres préalablement délimités?

L’arrêté préfectoral n° 2023-CAB-89 avait prévu "un point de rendez-vous obligatoire" et de rassemblement pour les supporters de l’OGC Nice, au péage d’Ancenis, et ce afin qu’ils soient acheminés depuis ce lieu vers le stade "sous escorte des forces de l’ordre".

Conformément à ce que stipulait l’arrêté, qui avait été relayé par l'OGC Nice en marge de la rencontre, une cinquantaine de supporters niçois ont bien été pris en charge par une vingtaine de policiers de la Compagnie départementale d’Intervention (CDI), confirme d'ailleurs ce dimanche Ouest France.

D’autres supporters niçois, arrivés à Nantes par les airs, auraient en revanche emprunté un autre itinéraire à bord de deux vans et six berlines. Des bouchons sur le périphérique auraient poussé le convoi à modifier son trajet et à débarquer dans le secteur où les supporters de la Brigade Loire ont pris l’habitude de se rassembler, rapporte Ouest France.

Les supporters niçois étaient-ils identifiables?

Une "horde de supporters encagoulés en noir ou en jaune et vert" aurait alors surgi et attaqué les véhicules, d’après le témoignage recueilli par Presse Océan d’un chauffeur qui était présent à proximité du lieu de l’agression. "Au cours de ces évènements, dans des circonstances qui restent à déterminer, un homme âgé de 31 ans, supporter du FC Nantes, s'est effondré" et "est décédé sur place", "malgré l'intervention rapide des secours", a fait savoir le procureur. Un chauffeur de VTC a été placé en garde à vue du chef d’homicide involontaire ce dimanche.

Les supporters niçois attaqués étaient-ils identifiables? L'enquête pour "homicide volontaire", confiée conjointement à la direction territoriale de la police judiciaire et à la Sûreté départementale de Loire-Atlantique, le démontrera. S’ils ne l’étaient pas, leur liberté de circuler était totale.

Mais rien de ce qui pourrait émerger des investigations à ce sujet ne saurait expliquer une telle explosion de violence, avec cette blessure mortelle à l'arme blanche. Un porte-parole des VTC, qui se trouvait en tête de cortège samedi soir, a témoigné pour le quotidien L'Equipe, dénonçant "un guet-apens": "C'est terrible, mais on est dans un monde de fous."

Article original publié sur RMC Sport