Publicité

Mort d’Émile : « Les analyses devront déterminer s’il y a eu une altération des ossements »

Émile avait disparu depuis le 8 juillet 2023. Une partie de son corps a été retrouvée le 30 mars, non loin de la maison de grands-parents au Haut Vernet.    - Credit:Mourad ALLILI/SIPA / SIPA
Émile avait disparu depuis le 8 juillet 2023. Une partie de son corps a été retrouvée le 30 mars, non loin de la maison de grands-parents au Haut Vernet. - Credit:Mourad ALLILI/SIPA / SIPA

Après la découverte d'ossements d'Émile, le petit garçon de deux ans et demi disparu en juillet 2023, dans le hameau du Haut Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), de nombreuses questions restent en suspens. Dans quelles circonstances est mort Émile ? Chute accidentelle, homicide involontaire, meurtre ? L'enquête, ouverte il y a neuf mois, prend un nouveau tournant.

Les ossements ont été retrouvés samedi 30 mars à proximité du hameau de vingt-cinq habitants, rattaché au village du Vernet, entre Digne-les-Bains et Gap. « Si cette nouvelle déchirante était redoutée, l'heure est au deuil, au recueillement et à la prière », ont expliqué Marie et Colomban Soleil, les parents d'Émile, dans un communiqué.

Dimanche, le hameau était une nouvelle fois coupé du monde pour les besoins de l'enquête. Il doit le rester jusqu'à dimanche prochain, selon un arrêté municipal. À Pontoise, en banlieue parisienne, l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) va poursuivre les analyses sur les ossements. Sur le terrain, une trentaine de gendarmes, dont des enquêteurs de la section de recherche de Marseille, ont été déployés. Marie-Laure Pezant, porte-parole de la gendarmerie nationale, a répondu aux questions du Point.

Le Point : Comment la gendarmerie est-elle parvenue à établir que les ossements retrouvés étaient bien ceux d'Émile ?

Colonel Marie-Laure Pezant : Une randonneuse a découvert des ossements dans l'après-midi de samedi. Ils ont été immédiatement rec [...] Lire la suite