Publicité

Montpellier-Lens: comment le MHSC appréhende le retour du prodige maison Elye Wahi

Le 13 août dernier, lors de la première journée de Ligue 1, Elye Wahi rentre 13 minutes contre Le Havre (2-2) avec le numéro 21 de la Paillade sur le dos. Ce sont ses dernières minutes sous le maillot montpelliérain.

Même pas d’adieu, de tour de stade à la fin du match (contrairement à la rencontre face à Nice lors de la 37e journée en 2022-2023) et pourtant tout le monde sait que son départ est imminent. Le buteur, lancé dans l'élite le 16 décembre 2020 à Metz, à l’âge de 17 ans, sort d’une saison pleine avec le MHSC. 19 buts et 6 passes décisives en 33 matchs de championnat. Elye Wahi signera à Lens quelques jours plus tard pour un montant record pour le club héraultais (35 millions d'euros bonus compris). Ses adieux émouvants seront faits sur les réseaux sociaux.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Ce vendredi soir, il va donc y avoir beaucoup d’émotion lorsque l'attaquant va fouler de nouveau la pelouse de la Mosson comme il a pu le confier sur le site du club de Montpellier pour sa seule prise de parole avant ce match: "Cela va me faire bizarre, ce match je l’attends avec impatience", a estimé le buteur lensois. "L’émotion va être très forte. Le MHSC est un club qui m’est cher et qui le sera toujours."

Du jamais vu depuis Belhanda

Un club qui l’a chouchouté pour lui permettre d’éclore au grand jour. Il faut dire que cela faisait longtemps que Montpellier n’avait pas eu un tel phénomène dans son centre de formation. Il faut remonter à la saison 2009 et la titularisation de Younes Belhanda par René Girard contre le PSG pour le premier match de la saison post-remontée.

Elye Wahi a multiplié les exploits depuis le plus jeune âge à Caen ou avec Montpellier. Frédéric Garny, son entraîneur en jeune à Montpellier, se souvient de son dernier match: "C’était contre Toulouse en U19. À la mi-temps, il est rentré et il a dit 'coach, je vais mettre deux buts', et il a mis deux buts. Il était capable de faire des choses extraordinaires, de prendre le match en main, il a des qualités exceptionnelles et une vraie confiance en lui."

Premier contrat pro à 16 ans

Fan de Drogba, le natif de l’Essonne a très vite séduit l’état-major du MHSC. Il signe son premier contrat professionnel à 16 ans, une première pour le club. Et Elye Wahi a franchi les étapes à vitesse grand V. Il assume la succession de duo Laborde–Delort en inscrivant 10 buts lors de la saison 2021–2022 où Olivier Dall’Oglio le titularise 33 fois.

Puissant, athlétique, rapide, déroutant par ses dribbles, très bon dos au jeu, Elye Wahi explose aussi grâce à sa passion du foot. "La différence par rapport aux autres", insiste Frédéric Garny. "C’est que lui ne peut pas vivre sans football. Il se nourrit de football, il aime le football. Même quand il était en U19, on le retrouvait souvent derrière les grillages lors des matches des U15 ou U17. Il allait voir les matchs de jeunes le week-end."

L’Europe entière lui a fait les yeux doux, mais l’international espoir a voulu franchir doucement les étapes en privilégiant Lens à Chelsea par exemple. Francis de Taddeo, qu'Elye Wahi considère comme son père spirituel ou son deuxième père, comprend le choix du joueur qu’il a fait venir à Montpellier: "Il sait que c’est encore un joueur en formation, qu’il a encore du travail à faire. Il a choisi Lens car il connaît le championnat et Lens est un club qui fait travailler, progresser. Aujourd’hui, il n’est pas au niveau auquel il aspire et il sait qu’il doit progresser et cela passe par marquer des buts."

Des buts, son ancien coéquipier Maxime Estève espère qu’il n’en marquera aucun ce soir, en tout cas il compte faire le maximum pour le museler: "Quand on est sur le terrain, il n’y a pas d’amis. On discutera à la fin du match mais pendant 90 minutes, ce ne sera pas mon pote. On s’entraîne ensemble depuis les U16. C’est quelqu’un qui a des coups assez imprévisibles, mais on va faire en sorte de bien le museler [...] Il va très vite et il a un très bon finish, donc il ne faut pas le laisser en position de frappe, bien le serrer et ne pas le laisser prendre la profondeur."

Gérer l’émotion du retour

Ce match à la Mosson va être particulier pour Elye Wahi, le buteur avait coché la date sur le calendrier. Et pour Francis De Taddeo c’est un match qui va le faire grandir. "Il est content de revenir, c’est un retour à la maison mais ça ne va pas être un match facile", a estimé l'ancien patron du centre de formation héraultais. "Il a besoin de marquer, de se relancer en termes de statistique mais il ne revient pas dans un contexte rêvé car Montpellier a besoin de points et il n’est pas insensible à la situation car son cœur est à Montpellier. Il va devoir mettre de côté les sentiments."

Son partenaire à Lens, Salis Abdul Samad dédramatise: "Il va jouer comme d'hab'. Comme on dit, sur le terrain, il n'y a pas de pote, il n'y a pas de frère. Je pense qu'il va se donner à fond, je pense même qu'il va marquer, il connaît ses anciens coéquipiers, ça va être plus facile pour lui."

Franck Haise, son coach, ne lui a parlé du match dans la semaine pour ne pas rajouter une pression supplémentaire. Elye Wahi cherche le déclic pour faire basculer définitivement son aventure lensoise et il espère que son jardin de la Mosson va lui permettre de briller.

Article original publié sur RMC Sport