Publicité

Mondial de handball: les Bleues poursuivent leur sans-faute face à la Corée et se qualifient pour les quarts de finale

L'équipe de France féminine de handball est qualifiée pour les quarts de finale du Mondial après la défaite de la Slovénie contre la Norvège (34-21) vendredi soir à Trondheim (Norvège). Les Bleues, victorieuses plus tôt de la Corée du Sud (32-22), occupent la tête du groupe II du tour principal avec les Norvégiennes (8 pts contre 4 pour les Slovènes). Elles affronteront les Scandinaves dimanche lors de leur dernier match de la phase de groupes avec comme enjeu la première place.
Après avoir réalisé leur meilleur match de la compétition mercredi contre l'Autriche (41-27), elles ont livré une copie plus hésitante face aux Sud-Coréennes, qu'elles avaient largement battues en match de préparation, le 26 novembre à Caen (36-19).

Un mauvais début de match

Les cinq premières minutes, marquées par trois balles perdues et un tir précipité et à côté de Tamara Horacek, ont donné le ton d'un match où les Bleues ont égaré un chapelet de ballons (18, 9 par période) et ont été moins efficaces dans le jeu tout-terrain, peut-être gênées par la défense coréenne. Menées 3-0, elles ont néanmoins pris les commandes en infligeant un 6-0 (6-3, 10e) pour ne plus les lâcher, grâce notamment aux parades en première période de Laura Glauser (7/19), beaucoup plus efficace que la paire coréenne (premier arrêt à la 33e minute).

Foppa au repos

Le bras gauche à longue distance d'Orlane Kanor a également été précieux pour se détacher (trois buts d'affilée, 14-9 à la 25e minute) dans un match où le sélectionneur Olivier Krumbholz avait choisi de ménager le pivot Pauletta Foppa, leader de la défense, et la gardienne Hatadou Sako. Laura Flippes, rétablie de sa blessure à cuisse, a elle retrouvé le terrain après deux matchs d'absence et s'est montrée altruiste au poste d'arrière-droite (un but et trois passes décisives). La troisième gardienne Camille Depuiset (5/15) et Oriane Ondono (4/5) ont elles disputé leurs premières minutes dans la compétition et ont été en vue. La troisième pivot a probablement joué davantage que Krumbholz l'escomptait, après l'exclusion définitive de Sarah Bouktit (40e) et en l'absence de Foppa.

Article original publié sur RMC Sport