Publicité

MMA: histoire, grands champions... on vous dit tout sur le Bellator avant l'événement à Paris

Le Bellator, c’est quoi?

Si une fédération internationale (IMMAF) régit les compétitions amateurs, le MMA version pro s’organise via des sociétés privées. La plus grosse est la plus connue se nomme UFC. Et juste derrière, pour la plupart des spécialistes, on trouve le Bellator MMA. D’abord connue comme le Bellator Fighting Championship, cette organisation qui tire son nom d’un mot latin – bellator, qui veut dire "guerrier" – est créée en 2008 par le businessman Bjorn Rebney. Alors que Paris accueillera sa 301e carte ce vendredi, la troisième dans la capitale française après octobre 2020 et mai 2022, son premier événement a lieu en avril 2009 en Floride avec en main event (combat principal) un certain Jorge Masvidal, future star de l’UFC. Lors de ses premières années, le Bellator s’organise en tournois par élimination directe dans chaque catégorie.

>> Vivez le choc Barnaoui-Primus avec les offres RMC Sport

Le premier tournoi sert à désigner le premier champion de chaque division, ceux d’après permettent de désigner les challengers pour les ceintures. Une émission de téléréalité, Fight Master: Bellator MMA, sera même diffusée en 2013 pour offrir à son vainqueur une place dans le tournoi des welters, avec les célères Randy Couture, Frank Shamrock, Greg Jackson et Joe Warren en coaches, mais prendra fin après une seule saison. Le format des tournois sera abandonné en 2014, année du premier événement en pay-per-view (paiement à la séance) mais surtout année durant laquelle Scott Coker, ancien fondateur de l’organisation Strikeforce, prend la présidence de l’organisation.

Dès 2015, Coker revient à une version plus classique sans tournoi et va faire exploser la crédibilité de l’organisation en attirant plus de grands noms, même si certains sont sur la fin. Il réintroduira l’idée en 2018 sous la forme des Grand Prix, tournois par catégorie – avec la plupart du temps le champion dedans, qui remet son titre en jeu à chaque tour – avec un gros chèque (un million de dollars) au bout pour le vainqueur. La pépite française Mansour Barnaoui va ainsi prendre part au Grand Prix des légers avec son quart de finale contre Brent Primus ce vendredi à Paris. Et en cas de victoire, il combattra pour le titre du champion Usman Nurmagomedov en demi-finale. Avant de le défendre en finale s’il monte sur le trône de la catégorie.

Basé au Etats-Unis, où ont été organisés ses quarante-six premiers événements, le Bellator s'est exporté à partir de juillet 2011, date de la première carte au Canada. Il faudra attendre près cinq ans de plus pour voir un troisième pays être visité, l'Italie, avec une soirée Turin en avril 2016. Mais depuis, l'organisation a beaucoup plus joué la carte de l'exportation avec des événements en Angleterre, Hongrie, Israël, Irlande, Irlande du Nord, Japon, France et Russie. Le Bellator a aussi su se démarquer en tentant des choses différentes, à l’image du partenariat avec la promotion japonaise RIZIN qui a donné lieu à un superbe événement le 31 décembre dernier au Japon quand des combattants des deux organisations se sont affrontés sur une même carte.

Quels sont les grands champions dans l’histoire du Bellator?

La présence de Jorge Masvidal en main event du premier événement symbolise les nombreux grands noms du MMA passés par cette organisation. S’il sera compliqué de lister tous les bons combattants qui sont montés dans la cage du Bellator, certains noms sont incontournables. On citera par exemple la légende russe Fedor Emelianenko, considéré par beaucoup comme le plus grand lourd de l’histoire de la discipline et qui a fini son illustre carrière au Bellator, où il a été battu deux fois par le titre par le champion actuel Ryan Bader (la dernière en février 2023). Futur champion des légers à l’UFC, où il sera détrôné par Conor McGregor, Eddie Alvarez avait auparavant été deux fois titré dans cette catégorie au Bellator, dont il avait remporté le tournoi originel dans cette division.

Les noms de Michael Chandler, Ben Askren, Anthony Johnson, Rory MacDonald, Hector Lombard, Quinton Jackson, Alexander Volkov, Joe Soto, Will Brooks ou Phil Davis, tous vainqueurs d’un titre ou d’un tournoi au Bellator, parleront aussi à ceux qui connaissent surtout les combattants UFC, organisation où ils sont tous passés (et où ils ont souvent brillé) durant leur carrière, avant ou après le Bellator. Qui n'avait pas non plus hésité à monter en 2016 un troisième combat entre Royce Gracie et Ken Shamrock... un peu plus de vingt-deux ans après leur premier en demi-finale de l'UFC 1. On peut aussi citer Vitaly Minakov, Joe Warren, Pat Curran, Sergei Kharitonov, Alexander Shlemenko, Rafael Carvalho, Andrey Koreshkov, Daniel Straus, Eduardo Dantas, Marcos Galvao ou Muhammed Lawal parmi les noms qui ont compté dans l’histoire du Bellator.

Et la France dans tout ça? Malgré une discipline légalisée sur le tard dans notre pays, elle n’est pas en reste. Le Franco-Congolais Christian M’Pumbu, connu dans le milieu sous le surnom "Tonton", a remporté en 2011 le tournoi et la ceinture originelle de l’organisation chez les mi-lourds. Il reste le seul représentant du MMA à la française sacré champion incontesté dans une organisation d’un tel niveau dans l’histoire de la discipline, Francis Ngannou ayant pris la ceinture des lourds de l’UFC alors qu’il avait déjà quitté la France. Futur champion du Cage Warriors, Karl Amoussou avait également brillé au Bellator, dont il avait remporté le tournoi des welters en 2012 avant de perdre le combat pour la ceinture contre Ben Askren début 2013.

Idem pour la légende tricolore Cheick Kongo, vainqueur du tournoi des lourds en 2013 pour ses débuts dans l’organisation après avoir quitté l’UFC mais battu par Vitaly Minakov pour la ceinture en avril 2014. Kongo aura deux autres chances pour le titre contre l’actuel champion Ryan Bader, en 2019 et 2022, mais ne sera jamais couronné avec un no contest et une défaite sur décision unanime. On doit également évoquer Francis Carmont, lui aussi passé par l’UFC et battu par Phil Davis en finale d’un tournoi des mi-lourds du Bellator sur une seule soirée (quatre combattants) en 2015.

Quelles sont les stars actuelles du Bellator?

La liste des champions du Bellator donne un bon ordre d’idée de la qualité de l’effectif actuel. Et elle est grande. A tout seigneur tout honneur, on doit d’abord citer Patricio "Pitbull" Freire. L’homme considéré par la plupart des spécialistes comme le plus grand combattant de l’histoire du Bellator. Champion des plumes, son troisième règne dans la division, il a aussi été celui des légers entre 2019 et 2021, devenant le deuxième double champion dans deux catégories de l’histoire de l’organisation après Ryan Bader. Le Brésilien, qui va défier Sergio Pettis (frère du célèbre Anthony) en juin, pour la couronne des coqs et tenter de prendre une ceinture dans une troisième catégorie, n’est pas le seul de la famille Freire à briller au Bellator.

Son grand frère Patricky a lui aussi été champion des légers, succédant à son cadet fin 2021 après que ce dernier ait abandonné son titre avant de se faire prendre la ceinture par Usman Nurmagomedov fin 2022. Cousin de Khabib, toujours invaincu, ce dernier est une autre des grandes stars actuelles du Bellator. Parmi les combattants déjà cités, on soulignera également celui de Ryan Bader, ancien adversaire (entre autres grands noms) de Jon Jones ou Tito Ortiz à l’UFC, qui restera le seul homme à avoir battu deux fois Fedor Emelianenko dans sa carrière. Les autres champions du Bellator sont autant de grands combattants qui poseraient des problèmes à n’importe qui sur la planète dans leur catégorie: Vadim Nemkov chez les mi-lourds, Johnny Eblen chez les moyens et Yaroslav Amosov chez les welters. Sans oublier la célèbre Cris Cyborg chez les plumes et Liz Carmouche chez les mouches du côté des femmes.

S’ils n’ont pas de ceinture autour de la taille, d’autres noms sont une garantie de qualité dans l’effectif du Bellator. On pense à Michael Page, Kyoji Horiguchi, Yoel Romero, Douglas Lima, Gerard Mousasi, Logan Storley, Raufeon Stots ou Patchy Mix. On termine avec celui qui est sans doute la plus grande star 100% Bellator: A.J. McKee. Ancien champion des plumes après avoir détrôné Patricio Pitbull en 2021 (il a perdu la revanche en 2022, sa seule défaite en carrière), remportant au passage le million de dollars du Grand Prix de la catégorie au passage, l’Américain a effectué l’ensemble de ses vingt-et-un combats chez les pros sous la bannière du Bellator. Intégré au Grand Prix des légers, où il affrontera l’ancien champion Patricky Pitbull au premier tour, McKee pourrait finir par se trouver en finale face à Mansour Barnaoui pour la ceinture si les deux sortent de leur moitié de tableau.

Après les échecs de Kongo à conquérir la ceinture des lourds, Barnaoui va tenter de conquérir le Graal dans le si relevé tournoi des légers à un million de dollars. Mais il ne sera pas le seul représentant du MMA français en action ce vendredi à Bercy. Une grosse dizaine de combattants tricolores appartiennent à l'effectif du Bellator et seront en grande partie à l'affiche de la soirée dans l'enceinte parisienne. Ils sont pour la plupart signés sous la bannière Bellator Europe, qui réunit les combattants utilisés lors des événements sur notre continent, au contraire de Barnaoui qui a directement intégré l'effecif principal de l'organisation vu son potentiel.

Article original publié sur RMC Sport