Publicité

Migrations : la Commission dément les accusations de Fabrice Leggeri

Selon Fabrice Leggeri, la commissaire suédoise Ylva Johansson lui aurait demandé, dès 2019, de laisser entrer les migrants. Ce que dément la Commission européenne, ce lundi 19 février 2024.   - Credit:Virginia Mayo/AP/SIPA / SIPA / Virginia Mayo/AP/SIPA
Selon Fabrice Leggeri, la commissaire suédoise Ylva Johansson lui aurait demandé, dès 2019, de laisser entrer les migrants. Ce que dément la Commission européenne, ce lundi 19 février 2024. - Credit:Virginia Mayo/AP/SIPA / SIPA / Virginia Mayo/AP/SIPA

En justifiant son passage au RN, l'ancien patron de l'agence Frontex, Fabrice Leggeri, cite, dans un entretien au JDD, la commissaire suédoise Ylva Johannsson (social-démocrate). Des propos aujourd'hui démentis par le porte-parolat de la Commission.

Selon Fabrice Leggeri, la commissaire suédoise aurait fixé une nouvelle directive au directeur exécutif dès 2019, soit peu de temps après son arrivée au poste de commissaire aux affaires intérieures. « Votre job, c'est de faire entrer les migrants et de les accueillir parce qu'ils viennent par amour. Et que ça vous plaise ou non, nous sommes un continent vieillissant et donc vous devez les laisser entrer, » lui aurait-elle indiqué.

Un différend sur les missions de Frontex

« Les déclarations faites par Fabrice Leggeri sur la politique migratoire de l'UE sont tout simplement fausses, rétorque le porte-parolat de la Commission. Permettez-moi de remettre les pendules à l'heure. Ce que nous avons mis en place, via notre engagement, s'articule autour de deux axes principaux. Sur le plan législatif, nous avons présenté une législation complète [le pacte migratoire, NDLR]. Nous avons maintenant un accord politique, ce qui est énorme dans le sens où nous avons obtenu cet accord après des années de discussions, d'intenses discussions et d'impasse. »

À LIRE AUSSI Loi immigration : la vraie réforme est européenneLe différend entre Fabrice Leggeri et la commissaire Johansson portait plus précisément sur le traitement réservé au [...] Lire la suite