Publicité

Mathieu Lefèvre : « Lettre à un ami israélien »

Des familles d'otages manifestant pour leur retour à Tel Aviv le 6 février 2024.   - Credit:SUSANA VERA / X07589 / REUTERS
Des familles d'otages manifestant pour leur retour à Tel Aviv le 6 février 2024. - Credit:SUSANA VERA / X07589 / REUTERS

Cher ami,

Le 7 octobre dernier, ton peuple a été massacré, mutilé, blessé, violé, pris en otage par des terroristes dont la considération pour la vie humaine est inversement proportionnelle à sa fascination pour la mort.

Depuis ce jour, les Juifs du monde entier ont connu un regain de haine antisémite, cette haine pluriséculaire qui dévore les cœurs et les consciences des défenseurs de l'universalité et qui fait du Juif l'origine de tous les maux. Elle n'avait pas disparu, loin de là, mais elle a ressurgi avec une force qui rappelle le pire.

Bien entendu, tu as connu d'autres massacres, d'autres attentats. Partout à tes frontières, dans le monde entier, chaque jour tu entends la voix de ceux qui ne jurent que par ta destruction. Depuis vingt siècles, la haine du Juif est une passion si mortifère qu'elle agrège les forces du mal les plus impénétrables et les plus violentes à la fois. Depuis 1948, d'aucuns n'ont jamais admis que tu aies le droit de vivre en paix, que tu aies droit à un État sans jamais renoncer à ta conscience diasporique.

À LIRE AUSSI Cynthia Fleury : « Le pogrom du Hamas est l'autre nom de l'indignité totale »

Mais le 7 octobre 2023 appartient à ces dates qui délimitent un avant d'un après dans l'Histoire. Ce jour, les terroristes du Hamas n'ont pas seulement assassiné de sang-froid 1 200 de tes frères, ils n'ont pas seulement blessé des milliers d'entre eux, ils n'ont pas seulement fait suffoquer d'angoisse les dizaines de familles d'otages qu [...] Lire la suite