Publicité

L’océan Atlantique proche d’un point de bascule « critique » selon une étude

Le système qui sous-tend la régulation de la température de l’océan s’approcherait d’un point de bascule dévastateur, selon des chercheurs néerlandais.

À cause du réchauffement climatique, les glaciers arctiques déversent de l'eau douce dans la mer et empêchent les eaux plus salées de s'écouler en direction du sud. - Credit:imageBROKER.com/SIPA / SIPA / imageBROKER.com/SIPA

C'est « une mauvaise nouvelle pour le système climatique et l'humanité », soulignent les chercheurs. Dans une étude publiée vendredi 9 février, des scientifiques néerlandais ont confirmé que le système de circulation des courants océaniques de l'Atlantique serait en train de s'enrayer, rapporte TF1 Info.

Ce gigantesque tapis roulant océanique, baptisé Amoc en anglais (Atlantic Meridional Overturning Circulation) a pour fonction de redistribuer la chaleur, le carbone et des nutriments essentiels à la vie. Or, la fonte des glaciers du Groenland et des calottes glaciaires de l'Arctique, plus rapide que prévu, le déséquilibre. L'érosion de ce processus naturel pourrait ainsi conduire à son effondrement soudain d'ici moins de cent ans, ont précisé les chercheurs.

Des conséquences directes

Une fois le point de bascule critique dépassé, face à cet effondrement si rapide, toute adaptation serait impossible, concluent-ils dans l'étude. Parmi les conséquences directes : une hausse d'un mètre du niveau de l'océan Atlantique dans certaines régions, une inversion des saisons en Amazonie, ou encore une dérégulation de l'ensemble des températures du globe, anticipe l'équipe néerlandaise.

À LIRE AUSSI Climat : la fonte de la banquise va encore s'accélérer

Des changements qui surviendraient dix fois plus rapidement que ceux observés aujourd'hui. Pour l'heure cependant, aucune étude n'a identifié à quelle date cette bascule-ci pourrait avoir lieu. Aucun consensus scientifique n [...] Lire la suite

VIDÉO - Valérie Masson-Delmotte (climatologue) : "Est-ce qu’il faut se préparer au pire ? On déjà dans une situation qui est grave et qui va s’aggraver"