Publicité

Lille-Metz: sauveur du Losc après avoir arrêté deux penalties, Chevalier met en avant "l'instinct"

Lucas Chevalier a réalisé la même performance que Marcin Bulka cette saison. Le 22 septembre dernier, le gardien de l'OGC Nice stoppait deux penalties au cours d'un même match de Ligue 1 face à l'AS Monaco (victoire 1-0 des Aiglons). Ce dimanche, le portier français en a fait de même face à Metz, pour la victoire du LOSC (2-0).

"Je ne sais pas si je vais encore vivre ça"

L'exemple de Folarin Balogun, dégoûté à deux reprises par Bulka, n'a pas été reproduit. Cette fois, Lamine Camara (55e) a tenté sa chance après l'échec de Simon Elisor (29e). De l'autre côté, Jonathan David a lui transformé sa tentative pour porter le score à 2-0 avant la pause alors que les Messins avaient eu l'opportunité de prendre l'avantage.

"Cela n'arrive pas tous les jours, je ne sais pas si je vais encore vivre ça dans ma carrière", a savouré Lucas Chevalier après la partie. "C'est bien pour la confiance, ça restera une performance que je ne vais pas oublier." Le joueur de 22 ans avait lui-même commis la faute sur le deuxième penalty sifflé. "L'attaquant joue bien le coup, il touche le ballon juste avant que j'intervienne, c'est bien joué de sa part", a admis le titulaire des Dogues. "J'étais serein (...) Au final, c'est sans conséquence."

Chevalier fonctionne "au feeling" sur les penalties

Grâce à cette victoire, le LOSC a conforté sa quatrième place au classement, avec 26 points, à une unité de la dernière place du podium occupée par l'AS Monaco. De son côté, Paulo Fonseca, l'entraîneur des Dogues, a salué le rôle "très important" joué par Chevalier ce dimanche. Pour autant, le technicien portugais a estimé aussi que son équipe aurait pu "marquer quatre ou cinq buts en première période".

"Aujourd'hui, on ne prend aucun but parce que Lucas était là", a encore réagi Paulo Fonseca. "Mais je pense que l'équipe défend bien. Les arrêts de Lucas, c'était important pour l'équipe, pour qu'on garde notre solidité." De son côté, Lucas Chevalier a indiqué ne pas avoir spécialement préparé l'exercice. "Quand le premier tireur a posé le ballon, un gaucher, je l'ai regardé cinq secondes et je me suis dit qu'il allait croiser. J'y suis allé à fond, j'essaie juste de choisir un côté en fonction du tireur et de ne pas dévier", a expliqué le héros du jour.

Lucas Chevalier ne veut pas non plus se considérer comme un spécialiste des penalties, prenant plutôt les choses "au feeling". "C'est plutôt ce que je ressens sur le moment et l'instinct que vraiment bosser dessus", a lancé celui qui a porté à plusieurs reprises le maillot des Espoirs. "J'ai arrêté deux penalties aujourd'hui mais ce n'est pas pour autant que je vais arrêter tous les prochains. Mais si ça peut créer une incertitude face aux attaquants..."

Article original publié sur RMC Sport