Publicité

Ligue des champions: Manchester City corrige le Real et rejoint l'Inter en finale

Il y a une limite dans l'irrationnel. Le Real Madrid, roi des remontadas, a cette fois rendu les armes. Il n'y a avait sans doute rien à faire face à ce Manchester City-là, trop rôdé, trop en confiance et tout simplement trop fort. Grâce à un doublé de Bernardo Silva et un but de Julian Alvarez, notamment, les hommes de Pep Guardiola ont éliminé leur bourreau de l'an dernier sur le score de 4-0 (5-1 en cumulé) et disputeront la deuxième finale de Ligue des champions de leur histoire.

Au match aller, la domination des Cityzens en première période avait déjà été ahurissante, surtout lorsqu'on parle d'une demi-finale de Ligue des champions. Mais ce fut encore plus exacerbé ce mercredi, pour le match retour. Dans le premier quart d'heure, City a réussi 124 passes, le Real seulement 13, symbole de l'écart entre les deux équipes, la première qui impose son jeu coûte que coûte, l'autre qui attend que passent les orages et tentent de surprendre, ensuite.

Thibaut Courtois a livré le match qu'il faut, au moins dans les vingt premières minutes, avec deux énormes parades devant Erling Haaland. Mais les assauts de Manchester City étaient trop répétés pour que le Real Madrid tienne éternellement et Bernardo Silva a trouvé l'ouverture à deux reprises avant la pause, d'abord royalement servi par Kevin De Bruyne dans le dos de la défense, puis idéalement placé pour reprendre de la tête un tir de Gundogan repoussé par Courtois.

Un rendez-vous avec l'histoire face à l'Inter

Le Real a eu quelques occasions, une fois le premier but encaissé. Toni Kroos a trouvé la barre transervale d'une frappe surpuissante et David Alaba, sur coup franc, a obligé Ederson à une belle parade. Mais il n'y a pas eu grand-chose d'autre pour les Madrilènes, qui pour une fois n'ont été sauvés ni par Karim Benzema, ni par Vinicius, sevrés de ballons et bien maîtrisés par la défense adverse.

A un quart d'heure du terme, après un troisième face-à-face remporté par Thibaut Courtois face à Erling Haaland, c'est Eder Militao, contre son camp, qui a permis à City de tuer complètement le match et à son équipe de boire le calice jusqu'à la lie, après un coup franc parfaitement frappé par Kevin De Bruyne. Dans le temps additionnel, Julian Alvarez, fraîchement entré en jeu à la place de Haaland, est venu conclure la leçon.

Depuis un an et demi, le Real Madrid avait habitué le monde du football aux plus improbables retournements de situations. Mais ce n'était pas possible contre ce Manchester City. Face à l'Inter Milan en finale, cette équipe aura l'occasion de décrocher la première Ligue des champions de son histoire et on a de plus en plus de mal à imaginer que ce ne soit pas le cas.

Article original publié sur RMC Sport