Publicité

Lettre ouverte au Premier ministre israélien

Pour Tahar Ben Jelloun, Benyamin Netanyahou a perdu la guerre parce qu'il est impossible d'éliminer « la volonté farouche de la résistance d’un peuple en lutte ».  - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA
Pour Tahar Ben Jelloun, Benyamin Netanyahou a perdu la guerre parce qu'il est impossible d'éliminer « la volonté farouche de la résistance d’un peuple en lutte ». - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA

Monsieur le Premier ministre,

J'ai le devoir, en tant que simple citoyen, de vous annoncer que vous avez perdu la guerre contre le Hamas et les Palestiniens.

Vous ne le savez sans doute pas, non pas parce que vos services de renseignements vous ménagent et vous mentent mais parce qu'on ne peut pas éradiquer un peuple, une population où se trouveraient des combattants responsables de l'horrible tragédie du 7 octobre. À moins de tuer massivement tout le monde, ce que vous essayez de faire, tout en étant indifférent et sourd aux protestations de nombreux pays et de nombreux peuples.

Assassiner, tuer, aller jusqu'à bombarder des maisons de civils où meurent par milliers des familles entières, ce n'est pas faire la guerre, c'est engager une volonté féroce de faire disparaître des Palestiniens. Il ne s'agit plus de les reconnaître mais de faire en sorte de les annihiler au point qu'il n'y ait plus un Palestinien sur terre.

Vous avez perdu la guerre contre le Hamas

Nous avons tous en mémoire la voix de la petite Hind – six ans –, coincée dans une voiture où ses parents venaient de mourir, qui appelle au secours en disant qu'elle ne veut pas mourir et qui finira par être visée par un sniper qui ne ratera pas son tir.

Des Hind, il y en a eu des centaines, des milliers sur les 28 000 morts à Gaza depuis le début des représailles.

À LIRE AUSSI Otages israéliens libérés à Gaza : les dessous de leurs 129 jours de captivité

Nous avons en mémoire l'image de ce père qui a perdu t [...] Lire la suite