Publicité

Lens-Séville: "mais comment on va faire pour les JO?", Haise fustige l'interdiction de déplacement des supporteurs espagnols

Franck Haise se joint à l’indignation générale après l’interdiction de déplacement de supporteurs de Séville pour le match à Lens, mardi (21h, sur RMC Sport 1) en Ligue des champions. L’entraîneur lensois dénonce la forme de cette annonce avec la publication de l’arrêté préfectoral seulement ce lundi, soit à la veille du match. Il s’interroge aussi sur l’incapacité des autorités à accueillir un contingent estimé entre 300 à 400 fans étrangers.

"Il y a quand même un vrai problème"

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder Lens-Séville en Ligue des champions

"Je le regrette d'abord d'autant que les informations ont été tardives", a fait remarquer Haise en conférence de presse ce lundi. "Le tirage au sort (des poules, NDLR) a eu lieu fin août (le 31). Les gens qui viennent d'Espagne, les fans de Séville ont organisé non pas un déplacement, mais un voyage. Ils sont 300 ou 400 et qu’au dernier moment on leur dise non parce qu’il y a certains problèmes… Mais tous les pays en ont un peu, des problèmes. Qu’on leur dise de rester chez eux, à même pas dix mois de l’organisation des JO…"

"Mais comment on va faire pour les Jeux olympiques si on ne peut pas accueillir 300 Sévillans sur notre sol?", lance-t-il.

"Au-delà de la forme tardive, il y a quand même un vrai problème", ajoute Frank Haise. "Qu’il y ait des moyens supplémentaires pour bien encadrer, évidemment mais de cette manière-là, je ne pense pas que ce soit la bonne solution."

>> Suivez toutes les infos avant Lens-Séville EN DIRECT

Le ministère de l’Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé cette interdiction de déplacement dimanche dans une interview à Brut mais celle-ci n’a été officialisée que ce lundi par la Préfecture. L’arrêté la justifie par plusieurs motifs comme le fait que la rencontre soit classée à risque (2/5 par la DNLH), en raison de certains antécédents violents des supporteurs sévillans mais aussi de la lutte contre le terrorisme en France qui requiert la présence d’importants dispositifs de police. Cette décision intervient dans un climat de tolérance zéro après la mort d’un supporteur de Nantes le 2 décembre dernier.

Quelques jours plus tard, les autorités ont interdit tous les déplacements des supporteurs en France pour les matchs à risque jusqu’au 18 décembre. Elles se réservaient aussi le droit de l’étendre aux rencontres européennes. Ce qui est donc le cas pour ce match entre Lens et Séville, décisif pour la troisième place, qualificative pour la Ligue Europa.

Article original publié sur RMC Sport