Publicité

Lens-Séville: traversée de la Manche, amitié avec Liège... Les étranges arguments de la Préfecture pour interdire la venue de supporteurs sévillans

Chose promise, chose due. Annoncée par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dimanche, l'interdiction de déplacement des supporteurs du FC Séville, pour le match de Ligue des champions à Lens mardi (21h, sur RMC Sport 1), a été officialisée ce lundi par un arrêté préfectoral. "Du 12 décembre 2023 à 10h au 13 décembre 2023 à 3h est interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporters du FC Séville, ou se comportant comme tel, d'accéder au stade Bollaert-Delelis de Lens et à ses abords", indique le texte.

Les autorités citent la finale de la Ligue Europa entre Séville et l'AS Rome

Et certaines justifications ne devraient pas calmer la colère des associations de supporteurs sur le bienfondé de cette décision radicale. Elle s'inscrit dans un contexte de tolérance zéro contre les supporteurs après la mort d'un fan nantais le 2 décembre dernier en marge de la réception de Nantes.

>> Suivez toutes les infos avant Lens-Séville EN DIRECT

L'arrêté se base d'abord sur le fait que la rencontre "est identifiée à risques par la Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme". Selon nos informations, la rencontre entre Lens et Séville est classée 2 sur 5 par les services de la DNLH. Il rappelle "les tentatives de contact entre supporters indépendants lensois et les supporters espagnols la veille du match aller afin d'organiser un 'fight'" mais aussi "les débordements et la rixe entre supporters du FC Séville et supporteurs d'Arsenal qui se sont produits aux abords immédiats du stade Ramon Sanchez-Pizjuan à l'issue du match du 25 octobre 2023".

Plus étonnant, les autorités s'appuient sur les heurts entre supporters du FC Séville et... de l'AS Rome "qui se sont produits à Budapest avant le début de la finale de la ligue Europa le 31 mai 2023 et qui ont fait plusieurs blessés". Il s'inquiète aussi des "liens d'amitié" entre les supporteurs du FC Séville et ceux du club de Liège "qui, au regard de l'enjeu sportif de la rencontre et de leur proximité géographique, pourraient faire le déplacement".

La décision est motivée par "un risque réel et sérieux d'affrontement entre les supporters des deux clubs" mais aussi par le déploiement actuel des forces de l'ordre pour lutter contre la menace terroriste. "La pression migratoire très forte à Calais et les nombreuses tentatives de traversée maritime de migrants sur le littoral" est un autre argument avancé. Plus globalement, la Préfecture cite les nombreuses tensions dans les stades français depuis le début de saison.

Article original publié sur RMC Sport