Publicité

Pour l’ONU, les restrictions d’aide d’Israël à Gaza peuvent constituer un « crime de guerre »

Les sévères restrictions imposées par Israël à l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza et la possible utilisation de la faim comme arme s'apparentent à « un crime de guerre », a affirmé l’ONU mardi.

Le hall du Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève, lors de la 55e session de l'instance, le 26 février 2024. - Credit:DPA / DPA/ABACA

C'est un nouveau palier franchi dans la dénonciation des agissements d'Israël à Gaza par la communauté internationale. « L'ampleur des restrictions imposées par Israël à l'entrée de l'aide à Gaza, ainsi que la manière dont il continue de mener les hostilités, peuvent équivaloir à l'utilisation de la famine comme méthode de guerre, ce qui constitue un crime de guerre », a déclaré Jeremy Laurence, un porte-parole du Haut-Commissariat des droits de l'homme, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

Le Haut-Commissaire des droits de l'homme Volker Türk désigne clairement Israël comme responsable de la situation alimentaire dans la bande de Gaza, et particulièrement dans le nord du territoire palestinien.

À LIRE AUSSI Anne Sinclair sur Gaza : « Il est temps que cela s'arrête ! » « La situation de faim et de famine est le résultat des restrictions étendues imposées par Israël à l'entrée et à la distribution de l'aide humanitaire et des biens commerciaux, du déplacement de la majeure partie de la population, ainsi que de la destruction d'infrastructures civiles cruciales », souligne-t-il dans un communiqué lu par le porte-parole.

La population de Gaza en « insécurité alimentaire grave »

Un habitant sur deux dans la bande de Gaza connaît une situation alimentaire catastrophique, en particulier dans le nord où la famine sévira d'ici le mois de mai en l'absence de mesures « urgentes », ont prévenu lundi les agences spécialisées de l'ONU. « Israël, en tant que puissan [...] Lire la suite