Publicité

"Joie de vivre", "boule d’énergie"... Qui était Carène Mezino, l'infirmière tuée au CHU de Reims?

L'infirmière de 37 ans a été mortellement poignardée à l'arme blanche durant sa journée de travail ce lundi, par un homme avec d'importants antécédents psychiatriques.

"Carène Mezino a passé sa vie au service des autres", a rendu hommage ce mardi midi la directrice générale du CHU de Reims lors d'une minute de silence observée dans l'enceinte de l'établissement. Carène Mezino, née Thibaut, infirmière de 37 ans, a succombé à ses blessures après avoir été attaqué à coup de couteau dans un vestiaire de l'hôpital.

Elle se trouvait avec une secrétaire médicale de 56 ans - également sérieusement blessée et hospitalisée - à l'unité de médecine et santé au travail, où elle travaillait depuis une dizaine d'années, après être passée par le service d’hémodialyse du CHU.

"Enfant du village"

Comme le rapporte France 3, l'infirmière était mariée et mère de deux enfants. Fille d'agriculteurs, elle était originaire de Champlat-et-Boujacourt (Marne), où vivent encore sa mère et son frère, un village marqué par le drame.

Le maire Laurent Couvreur exprime sa tristesse face à la mort d'une "enfant du village". "Elle organisait tout plein de festivités, elle toujours présente, souriante, agréable, pleine d'entrain avec ses parents et plein d'autres gens", raconte-t-il à L'Union.

"Elle venait régulièrement voir sa maman qui est à la retraite dans le village. Je l'ai croisée il y a encore deux trois jours, elle m'a fait un signe de loin avec un grand sourire", ajoute-t-il.

Pascal, un habitant, confie à France 3 le souvenir d'une personne "toujours souriante, prête pour faire la fête avec sa famille, ses amis, les gens du village". "Elle s'appelait Carène, elle était la joie de vivre", écrit-il dans une publication Facebook.

"Une super-collègue"

L'infirmière de 37 ans vivait avec sa famille à Ville-en-Tardenois, une commune voisine située dans l'ouest rémois et travaillait au CHU Maison-Blanche de la ville. Là-bas, ses collègues se sont massivement réunis ce mardi pour lui rendre hommage.

"Elle avait toujours le sourire, elle savait réconforter et être pleine d’empathie", se souvient une salariée du CHU de Reims, dans des propos rapportés par L'Union, mentionnant une "vraiment une super-collègue".

"Elle était très douce et très appréciée de tout le monde. C’était une toute petite bonne femme et une vraie boule d’énergie et de douceur", poursuit-elle.

Au lendemain des faits, le ministre de la Santé François Braun a demandé l'organisation d'une minute de silence dans tous les hôpitaux du pays mercredi midi en mémoire de Carène Mezino.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Infirmière tuée à Reims: le suspect avait poignardé 4 personnes en 2017