Publicité

JO de Paris 2024: la légende du surf Kelly Slater estime que le projet de nouvelle tour des juges "n'a pas de sens"

La légende du surf et multiple champion du monde, l'Américain Kelly Slater, a apporté son soutien aux opposants à la tour des juges sur le site de Teahupo'o à Tahiti pour l'épreuve de surf des Jeux olympiques 2024.

L'Américain a répondu sur les réseaux sociaux à la vidéo postée dimanche par le surfeur local Matahi Drollet. Le Tahitien y dénonce le compromis trouvé par les autorités d'installer une tour allégée en plein lagon pour accueillir les juges, malgré les contestations locales, regrettant que "les enjeux financiers prennent le pas sur l'environnement".

"Pas de sens"

"Cela n'a pas de sens d'avoir besoin d'une tour aussi géante pour un événement de deux jours", écrit Kelly Slater dans les commentaires sous la vidéo. "Donnez de l'argent aux infrastructures locales de la ville pour les dégâts causés par le changement de la rivière qui a provoqué des inondations plus tôt cette année", suggère-t-il.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

L'Américain de 51 ans, engagé pour la sauvegarde des récifs coralliens, suggère aussi d'utiliser pour les JO la tour en bois habituellement en place pour les compétitions internationales sur ce site, "ou alors, construisez-la sur les fondations existantes". Cette tour en bois "n'est plus aux normes depuis une dizaine d'années", avait expliqué le comité d'organisation à l'AFP.

Un projet revu à la baisse

Le projet initial de création d'une nouvelle tour en aluminium avait soulevé une forte opposition locale, plusieurs associations, écologistes et habitants du village de Teahupo'o estimant que l'installation de cette tour allait dégrader le corail et les fonds marins.

Le président de la Polynésie française Moetai Brotherson avait même envisagé le 8 novembre de déplacer l'épreuve de surf. Mais une semaine plus tard, à l'issue d'une réunion à Tahiti, le gouvernement polynésien, les représentants de l'Etat et les organisateurs ont fait savoir qu'il remodelaient le projet, en réduisant la surface et le poids de la tour, de 14 à 9 tonnes, et que l'épreuve restait à Teahupo'o.

"La solution qu'on propose aujourd'hui, de l'avis unanime du comité d'experts est la meilleure possible", avait assuré le 20 novembre à l'AFP Moetai Brotherson en marge du salon des maires à Paris.

Article original publié sur RMC Sport