Publicité

JO 2024: Des sénateurs s'insurgent contre le QR code annoncé par le préfet de police

Il n'y a pas que les Parisiens, qui ont découvert d'un coup qu'ils allaient avoir besoin d'un QR code pour rentrer chez eux qui se sont émus des déclarations de Laurent Nunez au quotidien Le Parisien mardi soir. Le préfet de police a notamment détaillé plusieurs mesures de sécurisation des compétitions lors des JO de l'été 2024. Avec en point d'orgue pour la population, la nécessité de s'enregistrer sur une plateforme numérique en fournissant des justificatifs de déplacement, avec un QR code à présenter lors des contrôles, ou encore la nécessité de déclarer ses invités qui viendraient regarder la cérémonie d'ouverture depuis les fenêtres des appartements parisiens concernés.

"Ces dispositions sont typiques d'un état d'urgence. Mettre en place de telles mesures dans une situation qui a vocation à être heureuse (...) est extrêmement curieux", a réagi le sénateur centriste Philippe Bonnecarrère, interpellant le gouvernement dans l'hémicycle en ouverture de la séance publique de mercredi.

"Les JO ont un bon goût liberticide"

Loïc Hervé, sénateur de la Haute-Savoie, vice-président du Sénat et membre de la CNIL a indiqué avoir saisi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la Cnil, garante des données personnelles des Français.

Une levée de bouclier qui transcende les courants politiques. "C'est juste sidérant. C'est encore pire que ce qu'on pouvait craindre. Je n'ai pas connaissance de telles restrictions et contrôles de déplacement lors des précédentes éditions de JO", a pour sa part réagi sur le site X (ex-Twitter) le député insoumis Eric Coquerel. "Les JO ont un bon goût liberticide", a ajouté son collègue Damien Maudet.

Article original publié sur RMC Sport