Publicité

Israël-Gaza: accusé "d'apologie du terrorisme", Youcef Atal "suspendu jusqu'à nouvel ordre" par l'OGC Nice

Après l'ouverture d'une enquête à son encontre pour "apologie du terrorisme" et "provocation publique à la haine ou à la violence à raison d'une religion déterminée", le club de l'OGC Nice annonce ce mercredi avoir pris des mesures disciplinaires concernant Youcef Atal. Le joueur est ainsi "suspendu jusqu'à nouvel ordre" par son club. Si l’OGC Nice a souligné que le joueur avait reconnu son erreur, "la nature de la publication partagée et de sa gravité" ne pouvait conduire qu’à cette issue.

L’intéressé est absent de la séance d'entraînement ce mercredi matin, contrairement à Hicham Boudaoui et Badredine Bouanani, eux aussi appelés en sélection algérienne ces derniers jours.

Samedi, Youcef Atal avait relayé sur les réseaux sociaux la vidéo d'un prédicateur qui appelait à un "jour noir pour les juifs", en pleine guerre entre Israël et l’organisation terroriste du Hamas. Le joueur s'est ensuite excusé devant le tollé suscité par son geste, assurant qu'il ne soutiendrait jamais "un message de haine", mais son mea-culpa, que peu imaginent sincère (le joueur s’était déjà fait tristement remarquer après l’assassinat de Samuel Paty) n’a pas atténué les critiques.

De vaines excuses

Le maire de Nice Christian Estrosi est le premier à s’être révolté contre la publication du latéral algérien, rejoint dans son indignation par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et le président de la Fédération française de football, Philippe Diallo. Le patron de la FFF a dénoncé dimanche "les appels à la violence relayés" par le joueur, ajoutant qu’ils étaient "contraires à l’éthique de notre sport et aux valeurs que le football défend sans relâche". Dans son communiqué, l’OGC Nice rappelle "son engagement ferme pour que la paix prévale sur toute autre considération". L'enquête ouverte par le parquet a été confiée à la police judiciaire de Nice.

Article original publié sur RMC Sport