Publicité

Interdiction de l’abaya à l’école : merci Monsieur Jospin…

L'ancien Premier ministre Lionel Jospin s'est prononcé en faveur de l'interdiction du port de l'abaya à l'école.  - Credit:BERTRAND GUAY / AFP
L'ancien Premier ministre Lionel Jospin s'est prononcé en faveur de l'interdiction du port de l'abaya à l'école. - Credit:BERTRAND GUAY / AFP

Il est des voix qui retiennent l'attention. Vendredi 1er septembre, c'est celle de Lionel Jospin que tout un chacun a pu reconnaître sur l'antenne de France Inter. L'ancien Premier ministre, à la parole rare, s'est exprimé sur l'Ukraine, les retraites… et le port de l'abaya. Lionel Jospin n'était-il pas celui qui, ministre de l'Éducation du gouvernement de Michel Rocard, avait dû affronter, en septembre-octobre 1989, la fameuse « affaire de Creil  » ?

S'exprimant publiquement, il avait à l'époque expliqué, tout en subtilité, qu'« on ne doit pas arborer de signes religieux à l'école ». Toutefois, il précisait que « si, aux termes des discussions, des familles n'acceptent toujours pas de renoncer à tout signe religieux, l'enfant – dont la scolarité est prioritaire – doit être accueilli dans l'établissement public […]. L'école française est faite pour éduquer, pour intégrer, pas pour rejeter ». Résolument optimiste et confiant dans l'école de la République, Lionel Jospin estimait alors que celle-ci saurait faire entendre raison aux jeunes filles, lesquelles finiraient par enlever leur voile…

À LIRE AUSSIGhaleb Bencheikh : « Sur l'affaire des foulards de Creil, la République a manqué d'autorité » Le principal du collège de Creil, déçu, et qui avait largement dialogué avec les élèves concernées, constatait alors que « ceux face à qui nous avons fait la démonstration qu'il est très difficile de dialoguer triomphent aujourd'hui ». Le journal L'Humanité présentait d [...] Lire la suite