Publicité

Impuissance de la politique : la France « en thérapie »

Le président Emmanuel Macron avec des représentants de syndicales agricoles au 60e Salon international de l'agriculture, porte de Versailles (Paris 15e), le 24 février 2024.  - Credit:Stéphane Lemouton/Sipa
Le président Emmanuel Macron avec des représentants de syndicales agricoles au 60e Salon international de l'agriculture, porte de Versailles (Paris 15e), le 24 février 2024. - Credit:Stéphane Lemouton/Sipa

Et si, aux solutions, la France préférait désormais les discussions ? C'est le lot des peuples convaincus, à tort ou à raison, de la stérilité de l'action publique. Ils votent avec application, conscience, votent encore, votent toujours, se désespèrent. L'impuissance de la politique conduit naturellement à une explosion de la psychologie. La méthode peut être intéressante, voire passionnante, mais elle mène rarement à des solutions et se termine, en général, par des décisions radicales, des révolutions, par exemple.

La saturation des finances publiques au XVIIIe siècle et les exigences de la monarchie absolue avaient rendu la France ingouvernable. Louis XV et Louis XVI ne manquaient ni de bonne volonté ni de bonnes intentions, mais l'État était devenu difficilement réformable à la suite des dépenses extravagantes de la guerre d'Espagne. Que peut un pilote lorsqu'aucune de ses commandes ne répond ? Des inégalités flagrantes et un modèle social archaïque n'arrangeaient rien.

Pas de fourmis et pas de géants

Cet immobilisme a conduit le pouvoir, à intervalle régulier, à se rendre de plus en plus impopulaire, et la société à progresser autrement que par la politique : en réfléchissant. Les reproches adressés à la monarchie n'étaient pas sans raison, mais certains étaient parfois extravagants. Le roi et sa bande concentraient les haines. La seule façon d'y répondre aurait été de prendre des décisions dont l'impact aurait été immédiat, ce qui est impossible. La pol [...] Lire la suite