Publicité

Hydrogène solide, expansion de l’Univers et réchauffement climatique : l’actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 23 mai 2023 : un disque qui permet de stocker l’hydrogène sous forme solide, le mystère sur le taux d’expansion de l’Univers, et les cinq prochaines années seront probablement les plus chaudes jamais enregistrées.

L’actualité scientifique du 23 mai 2023, c’est :

En Fondamental : Innovation : ce disque permet de stocker de l’hydrogène sous forme solide.

  • Des Français et Françaises, finalistes pour le prix de l’inventeur européen 2023, ont mis au point un système de stockage de l’hydrogène stable et sécurisé.

  • Source d’énergie considérée comme inépuisable et non émettrice de gaz à effet de serre, son stockage reste très gourmand en énergie.

  • L’équipe a mis au point un système de stockage de l’hydrogène sous forme solide, moins coûteux en énergie, sous forme de disques en partie composés de magnésium.


En Espace : Le mystère persistant du taux d’expansion de l’Univers.

  • L’univers est en expansion et les galaxies s’éloignent inexorablement les unes des autres.

  • Il existe deux méthodes pour calculer le taux d’expansion de l’Univers qui sont en débat au sein de la communauté scientifique.

  • Une troisième méthode, nommée "retard gravitationnel de la lumière", a récemment relancé le débat sur l’âge de l’Univers. Explications avec Thibault Louis, chercheur au CNRS.


En Nature et environnement : Avec El Niño, les 5 prochaines années seront sans doute les plus chaudes jamais enregistrées.

  • Le 3 mai 2023, l’Organisation météorologique mondiale annonçait qu’il était probable à 80% que le phénomène naturel El Niño survienne d’ici à septembre.

  • Dans un bulletin publié le 17 mai 2023, elle affirme que les températures mondiales devraient battre des records ces cinq prochaines années.

  • En cause, les émissions de gaz à effet de serre dues à l'activité humaine combinées à la survenue d’El Niño.


En Santé : Maladie des petites artères du cerveau : des avancées pour cette affection répandue et difficile à diagnostiquer.

  • La maladie des petites artères cérébrales est assez répandue et responsable d'accidents vasculaires et de démences, elle n'a pas de traitement spécifique et son diagnostic est difficile à réaliser.

  • Pour mieux comprendre les mécanismes de la maladie, les chercheurs se sont focalis[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi