Publicité

HelloFresh sponsorise une vidéo de Léo Grasset, accusé de viol, puis présente ses excuses

HelloFresh s’est excusé et a mis fin à son partenariat avec le youtubeur Léo Grasset
HelloFresh s’est excusé et a mis fin à son partenariat avec le youtubeur Léo Grasset

INTERNET - Un partenariat qui fait polémique. Mardi 22 mai, le journaliste Vincent Manilève a repéré et partagé sur Twitter le partenariat entre HelloFresh, marque de kits de repas à domicile, et le youtubeur Léo Grasset.

S’il est connu pour sa chaîne de vulgarisation scientifique, « DirtyBiology », il fait aussi l’objet depuis novembre 2022, d’accusations de viol. À cette époque, Mediapart avait aussi révélé qu’il était déjà visé par une enquête pour harcèlement sexuel.

La vidéo (dont un extrait est visible ci-dessus) a soulevé des nombreuses critiques des internautes. Depuis, la marque a présenté ses excuses et mis fin à son partenariat avec Léo Grasset. « Nous prenons ce sujet très au sérieux et avons donc mis fin à notre partenariat avec Léo Grasset, et ce dès aujourd’hui », déclare le porte-parole de HelloFresh à Tech&Co. L’entreprise explique « un manque de vigilance » et assure revoir son processus de sélection d’influenceurs. La vidéo n’est plus disponible sur la chaîne Youtube de Léo Grasset.

L’enquête fait suite à une plainte déposée par la youtubeuse Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », pour « harcèlement sexuel ». Toujours selon Mediapart, quatre autres femmes font état de « problèmes de respect de leur consentement », mais également d’« emprise ». Aucune n’a toutefois pour intention de porter plainte.

Jusqu’à présent Léo Grasset a toujours nié les faits. Il avait même publié une vidéo intitulée Ma réponse à Mediapart dans laquelle il dénonçait l’article du média d’investigation, qui livrait selon lui portrait « toxique » et à charge contre sa personne.

À voir également sur Le HuffPost :

Au procès de Tariq Ramadan, Dieudonné témoigne en sa faveur

Affaire PPDA : ce que les victimes présumées retiennent, un an après leur prise de parole