Publicité

Guerre en Ukraine : le Mirage français revient dans la course

Un Mirage 2000 D français à N'Djamena en 2018. L'armée de l'air possède 225 de ce type d'appareil, dévolu à l'appui au sol.   - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA
Un Mirage 2000 D français à N'Djamena en 2018. L'armée de l'air possède 225 de ce type d'appareil, dévolu à l'appui au sol. - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA

Souvent annoncée, jamais confirmée, la présence actuelle ou future des Mirage 2000 D en Ukraine refait surface. Dans un message publié dimanche 14 janvier sur sa chaîne Telegram, Mykola Oleshchuk, chef de l'armée de l'air ukrainienne, assure que même si l'arrivée des F-16 reste une priorité, il envisageait l'intégration d'autres avions, comme le Mirage 2000 D français ou l'A-10 Thunderbolt II américain.

La force aérienne de Kiev s'appuie uniquement sur des avions datant de l'époque soviétique. Les chasseurs occidentaux, dits de quatrième génération, doivent permettre notamment un meilleur appui au sol des troupes et contester l'accès du ciel aux chasseurs et bombardiers russes.

À LIRE AUSSI Guerre en Ukraine : dans le ciel, le difficile combat des pilotes ukrainiens

Pas d'accord de livraison

En juillet dernier, une coalition regroupant onze pays voyait le jour. L'objectif : former des pilotes et mécaniciens ukrainiens sur l'avion de combat F-16, avant de leur livrer. Ainsi, les Pays-Bas et le Danemark doivent en envoyer pour ce début 2024 une soixantaine pour équilibrer la balance dans le ciel ukrainien.

Dans le même temps, des voix se faisaient entendre en France pour fournir des Mirage. L'avion de chasse français, reconnaissable à son aile delta, a en effet été produit à des milliers d'exemplaires, et a servi notamment en Afghanistan, en Libye et dans la bande sahélo-saharienne. Il doit être progressivement retiré du service dans l'armée de l'air française au [...] Lire la suite