Publicité

Guerre au Soudan : l’Iran en embuscade

Les combats, qui font rage depuis le 15 avril 2023 entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohammed Hamdane Daglo, ancien numéro deux du pouvoir militaire, ont fait des milliers de morts.  - Credit:CHINE NOUVELLE/SIPA
Les combats, qui font rage depuis le 15 avril 2023 entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohammed Hamdane Daglo, ancien numéro deux du pouvoir militaire, ont fait des milliers de morts. - Credit:CHINE NOUVELLE/SIPA

Les bonnes nouvelles sont rares pour les Forces armées soudanaises (FAS). Depuis l'éclatement de la guerre, le 15 avril 2023, qui les oppose aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), les troupes régulières ont enchaîné les défaites. D'abord dans la plupart des quartiers de Khartoum et des deux villes voisines d'Omdurman et Bahri, puis dans quatre États sur cinq de l'immense région du Darfour, et plus récemment à Wad Madani – où s'étaient réfugiés des milliers d'habitants de la capitale.

Ce 12 mars, l'armée a cependant remporté un combat de taille, en récupérant le siège de la radio et de la télévision nationale à Omdurman. « Historiquement, c'est dans ce complexe que de nombreux coups d'État soudanais ont été lancés, et les FSR en ont pris le contrôle dès les premiers jours de la guerre actuelle », rappelle Sudan War Monitor, un site spécialisé dans le suivi de cette guerre.

Depuis quelques semaines, les FAS ont commencé à regagner du terrain. Elles sont ainsi parvenues à accéder, mi-février, au centre d'Omdurman en brisant le siège établi par leurs rivaux. Et ce, alors que les paramilitaires pâtissent de leur modèle consistant à s'appuyer sur des miliciens, souvent très jeunes et sans instruction militaire, qui commettent systématiquement pillages, viols et autres exactions dans les zones conquises. Dans ces conditions, les riverains refusent de rester sous la domination des FSR. Ce rejet explique en partie leur stagnation depuis la prise de Wa [...] Lire la suite