Publicité

Une graine au cœur de la Lune, Obamus coronatus et baleines à bosse : l’actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 11 mai 2023 : le cœur de la Lune abrite une graine solide et métallique, un animal incapable de se déplacer arrive à choisir son lieu de vie et le bruit des navires laisse les baleines à bosse étrangement impassibles.

L’actualité scientifique du 11 mai 2023, c’est :

En Espace : Le cœur de la Lune abrite une graine solide et métallique, comme la Terre.

  • Les astronautes des missions Apollo ont déposé plusieurs sismomètres à la surface de la Lune, qui ont montré que notre satellite est constitué d’une croûte trois fois plus épaisse que la Terre, d’un manteau et d’un noyau en fusion.

  • En 2011, des géophysiciens américains et français avaient réexploité ces enregistrements pour montrer que le noyau de la Lune devrait également contenir une partie interne solide, d’environ 480 kilomètres de diamètre, mais les preuves fournies par les sismomètres étaient insuffisantes.

  • D’autres chercheurs, avec une approche totalement différente, ont apporté une nouvelle série de preuves qui ne laissent plus de place au doute : la Lune possède bien un noyau solide.


En Archéologie : Incapable de se déplacer, cet animal vieux de 550 millions d’années parvenait mystérieusement à choisir son lieu de vie.

  • Obamus coronatus vivait il y a 550 millions d'années sur le plancher des océans de l'Edicarien.

  • Les chercheurs ont remarqué que cet animal qui vivait fixé sur les fonds marins pouvait choisir son habitat et se rapprocher de ses semblables.

  • Ils supposent que les larves rendaient ce phénomène possible, mais aucun élément ne leur permet pour l’instant de confirmer cette hypothèse.


En Animaux : Le bruit des navires laisse les baleines à bosse étrangement impassibles.

  • Si les baleines à bosse chantent plus fort lorsque le vent souffle, elles ne s'adaptent pas de la même façon au bruit des moteurs.

  • Même en présence de navires, les chercheurs ont remarqué que les mâles ajustaient leur chant au bruit du vent, pourtant masqué par le vacarme du moteur.

  • Les chercheurs ignorent si l’absence d’ajustement aux bruits des moteurs de la part des mâles a des conséquences sur leur vie, mais ils estiment que c'est la preuve que le bruit des navires est étranger à leurs instincts.


En Nature & Environnement : Jour du[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi