Publicité

Jocelyn Gourvennec à Nantes, les raisons d'une nomination

Un peu plus de 25 ans après avoir foulé pour la dernière fois les pelouses de la Jonelière en tant que joueur, Jocelyn Gourvennec dirigera ce mercredi après-midi la séance d’entraînement des Canaris sur les bords de l’Erdre. Sa nomination a été officialisée dans un communiqué.

Si le tableau n’est pas incongru, la décision soudaine prise par les dirigeants du FC Nantes de changer de coach a sonné comme un petit tremblement de terre dans la ville et les bureaux de l’octuple champion de France. A l’heure du café et des croissants, Pierre Aristouy a appris de Franck Kita la décision irrévocable de la fin de son aventure à la tête des Jaunes et Verts débutée en mai dernier, à quatre journées de la fin du championnat, en remplacement d’Antoine Kombouaré.

"Il n’y avait aucun signal de cette décision donc il est détruit, car c’est d’une injustice cruelle", souffle-t-on dans l’entourage du coach. Sous contrat avec le club, qui a prévu de financer son BEPF l’an prochain, Pierre Aristouy va désormais négocier son avenir après avoir été 17 matchs entraîneur de Ligue 1 (huit défaites, cinq victoires et quatre nuls). Les joueurs ont appris la nouvelle de cette décision par SMS dans la foulée.

"Pour éviter de retomber dans la psychose"

Avant même le premier match de la saison face à Toulouse, Pierre Aristouy avait senti le vent du boulet après une série de matchs de préparation qui n’avaient pas convaincu sa direction. Les deux bons mois du 25 août au 22 octobre, avec 14 points pris en sept matchs et une seule défaite face à Rennes, n’auront pas été un socle suffisant face à ces doutes. Trois défaites et un nul plus tard, il doit céder sa place.

En interne, on met surtout en avant son manque d’expérience du haut niveau et son incapacité à imposer ses choix face à certains joueurs. D’autres reproches, apparus à l’été, sur sa tendance à travailler seul et ne pas assez parler aux joueurs refleurissent aujourd’hui. Dans l’entourage de la direction on souffle: "Il fallait agir avant que la psychose ne s’installe".

Les Nantais, 11es au classement avec 15 points, possèdent quatre points d’avance sur les Lorientais, 16es. Mais la psychose dans laquelle Nantes aura vécu une partie de la saison dernière pourrait très bien réapparaître après la réception de Nice (le dauphin du PSG) samedi soir, et le déplacement à Paris (leader) huit jours plus tard.

Six mois + une année en option pour Gourvennec

Si c’est le cas, ce sera cette fois avec Jocelyn Gourvennec à la tête de l’équipe. En contact avec la famille Kita depuis quelques temps, l’ancien milieu de terrain des Canaris avait déjà rencontré Waldemar Kita il y a cinq ans, à l’époque où le club cherchait un remplaçant à Claudio Ranieri. Le Breton avait répondu poliment à l’invitation mais avait finalement décliné l’offre.

Sans poste depuis le début de l’été 2022 et son passage à Lille, Gourvennec a cette fois accepté de revenir dans le club où il a joué 109 matchs, dont une demi-finale de Ligue des champions face à la Juventus. Convié mardi par le Stade Rennais à l’enregistrement d’une émission baptisée "Le repas des légendes", l’ancien joueur des Rouge et Noir a dû s’excuser pour cause d’entretien en urgence. Ce mercredi midi, il était à la table du voisin nantais, pour mener sa première séance à La Beaujoire. Il s’est engagé jusqu’à la fin de la saison, plus une année en option.

Article original publié sur RMC Sport