Publicité

Sur le front (France 5) : Hugo Clément enquête sur les effets du réchauffement climatique sur les arbres

Sauver les arbres

Bon nombre d’entre eux sont sacrifiés en ville au profit de projets immobiliers. Des défenseurs de la nature n’hésitent pas à grimper aux arbres pour les sauver. C’est ainsi qu’un militant est resté perché onze jours, près de la tour Eiffel, dans un platane condamné à disparaître pour permettre la construction d’une bagagerie pour touristes. La mairie de Paris a finalement renoncé au projet.

Planter sans se planter

En milieu urbain, certains platanes n’arrivent pas à se développer, conservant une taille évoquant le bonsaï. Les raisons ? Trop de béton à leurs pieds et pas assez de terre pour recueillir l’eau de pluie qui viendra baigner leurs racines. À moins que la terre choisie n’ait été trop tassée, renfermant du goudron. Pas très sain.

À lire également

Sur le Front (France 5) SOS dauphins en détresse !

L’eau rafraîchit : ça coule de source

Du fait de la transpiration végétale, un grand chêne peut libérer jusqu’à 1 000 litres d’eau par jour. Aussi, aux racines d’un arbre, le mercure chute en moyenne de 26 °. Il n’y a donc rien de mieux que l’eau pour se rafraîchir. D’ailleurs, quelques villes cassent le bitume pour que des rivières souterraines rejaillissent à la surface, tandis que par un système ingénieux, le stockage de l’eau sous des habitations fait baisser la température. Un système moins polluant que la climatisation.

Sur le front, lundi 4 septembre à 21h05 sur France 5

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi