Publicité

France Télévisions répond aux accusations de racisme de La Zarra

La chanteuse La Zarra lors de son arrivée à Liverpool pour la finale de l'Eurovision en 2023.   - Credit:Cover Images / Graham Finney/Cover Images
La chanteuse La Zarra lors de son arrivée à Liverpool pour la finale de l'Eurovision en 2023. - Credit:Cover Images / Graham Finney/Cover Images

« Traumatisante », « un enfer », rien de moins : c'est ainsi que La Zarra qualifie son expérience de l'an dernier pour la préparation de sa candidature à l'Eurovision.

Si le public a retenu, outre son classement à la seizième place (sur vingt candidats), le geste « vulgaire » ou « déplacé », selon les points de vue (un doigt d'honneur), de la chanteuse représentant la France au concours international de musique à l'accueil de son résultat, il a aujourd'hui une plongée directe dans l'envers du décor, celui de la préparation du show du point de vue de l'artiste. Et c'est peu dire que la chanteuse maroco-canadienne ne mâche pas ses mots quand elle raconte sur la chaîne YouTube Siham TV, ce dimanche 10 mars, sa version de l'histoire. Les griefs sont nombreux, allant de la maltraitance à artiste au non-respect du Code du travail en passant par des propos racistes.

À LIRE AUSSI Eurovision : qui est La Zarra, qui a représenté la France au concours ? Le premier point, qui fait dire à l'interprète de « Tu t'en iras » qu'elle a été « l'esclave de France Télévisions », reflète une déception, malheureusement assez répandue dans ce milieu. « On m'a fait miroiter le fait que “c'est toi l'artiste, c'est ton titre, ça va être ta mise en scène”. Ce que je n'avais pas compris, c'est que j'allais être l'esclave de France Télévisions, que je n'allais pas pouvoir proposer ce que je voulais artistiquement sur la scène », explique-t-elle à Siham Bengoua.

Décrivant qu'elle a « resse [...] Lire la suite