Publicité

Le frère jumeau anglais du Mont-Saint-Michel

Culminant à 60 mètres d'altitude, le Saint-Michael's Mount de Cornouailles est situé dans le sud-ouest de l'Angleterre.   - Credit:DR
Culminant à 60 mètres d'altitude, le Saint-Michael's Mount de Cornouailles est situé dans le sud-ouest de l'Angleterre. - Credit:DR

Dans la lumière rasante du soir, sa ressemblance avec le Mont-Saint-Michel est troublante. Même silhouette granitique émergeant des flots, même construction pointant vers le ciel, même référence à Saint-Michel... Ce rocher massif, désigné en langue celte sous le nom de Carrack Looz en Cooz (« la pierre grise dans les bois »), n'a pas toujours été entouré par la mer. À l'époque antique, son promontoire était juste cerné par une vaste forêt. Les choses ont bien changé depuis.

Situé à l'extrémité orientale de la Cornouailles, à un demi-mille de la ville de Marazion, le site est aujourd'hui une île à marée haute. En retracer l'histoire nécessite de remonter loin, car le culte de saint Michel est ancien, au Royaume-Uni. Frances Arnold-Forster dénombre 686 églises dédiées à l'archange en Angleterre à l'époque médiévale dans son recensement de 1899 (Studies in Church Dedications or England's Patron Saints, Skeffington & Son). Ce qui en fait, de très loin, le saint le plus révéré outre-Manche, juste derrière saint Pierre.

À LIRE AUSSI Quand le Mont-Saint-Michel abritait la Bastille des mersLa plus ancienne allusion aux dévotions qui l'entourent se retrouve sous la plume de Bède le Vénérable (672-735). Ce moine, considéré comme le père de l'Église britannique, évoque une apparition de l'archange à Wilfrid, évêque d'York et de Hexham, en 705. Dans la foulée, les sanctuaires michaéliques se multiplient entre le nord de l'Angleterre et le sud de l'Écosse, et des pèlerin [...] Lire la suite