Publicité

Finale de coupe nationale: comment s’organisent les autres grands championnats européens

Finale de coupe nationale: comment s’organisent les autres grands championnats européens

La programmation du match Toulouse-Lens ce mardi en Ligue 1 (21h), seulement 72 heures après la finale de la Coupe de France remportée par le Téfécé face à Nantes (5-1), fait beaucoup parler. L’entraîneur toulousain Philippe Montanier a d’ailleurs reconnu qu’il aurait été opportun pour ses joueurs d’avoir un jour de repos supplémentaire, vu les festivités qui ont suivi la victoire de son équipe. Il a aussi déclaré qu’il comprenait une éventuelle colère des concurrents de Lens dans la lutte pour le haut de tableau, notamment Monaco et surtout Marseille, qui est au coude à coude avec les Nordistes pour l’obtention de la deuxième place directement qualificative pour la prochaine Ligue des champions.

Alors, comment s’organisent nos voisins européens? L’Angleterre, l’Allemagne et le Portugal ont par exemple fait le choix de positionner leur finale de coupe nationale à la fin de leurs championnats respectifs. Comme la tradition le voulait dans l’Hexagone, la finale de la coupe vient ainsi clôturer la saison, ce qui limite le risque de perturber le championnat avec un calendrier à adapter ou une équipe moins concernée. Beaucoup de dirigeants, supporters ou observateurs, regrettent ce bon vieux temps d’une finale de coupe vécue comme une fête de fin de saison.

Seule l’Italie s’expose au même risque que la France

En Espagne et aux Pays-Bas, la finale de coupe est aussi placée en plein sprint final, mais les instances ont choisi de ne jouer aucun match de championnat le week-end concerné. Avec donc un calendrier plus harmonisé pour chaque club et surtout… une semaine d’écart entre la finale et la journée suivante de championnat. De quoi permettre au vainqueur ou au perdant de se remettre de ses émotions. De Toulouse à Marseille, c’est surtout ce délai de récupération trop court qui a été critiqué, entre la finale de la Coupe de France et le match Toulouse-Lens.

Dans les principaux championnats européens, seule l’Italie s’expose à un risque quasi similaire à celui de la France, puisque la finale de coupe est programmée en semaine, le mercredi 24 mai, et la 37e journée (avec des matchs à enjeu pour l’Inter et la Fiorentina) doit se dérouler quatre jours plus tard. C’est le minimum qu’aurait souhaité Toulouse: avoir quatre jours de repos après son succès historique au Stade de France.

Article original publié sur RMC Sport