Publicité

Une femme de 99 ans se bat pour faire reconnaître son enfant mort-né

  « Pierre-Alain » a vécu près de quatre heures, selon l'avocate et petite-fille de la nonagénaire.  - Credit:Ashwini Bhatia/AP/SIPA / SIPA / Ashwini Bhatia/AP/SIPA
« Pierre-Alain » a vécu près de quatre heures, selon l'avocate et petite-fille de la nonagénaire. - Credit:Ashwini Bhatia/AP/SIPA / SIPA / Ashwini Bhatia/AP/SIPA

Près de 75 ans plus tard, la douleur ne l'a jamais quittée. RTL rapporte l'histoire d'Odette, 99 ans, qui mène l'un des derniers combats de sa vie. La presque centenaire lutte aujourd'hui pour faire reconnaître son enfant, décédé à la naissance en 1949. Odette Pichard donne en effet naissance, le 12 mai 1949, à un petit garçon, dans une maternité parisienne. « Je l'ai vu bouger », a-t-elle confié. Mais quatre heures après sa naissance, le drame survient. Un médecin annonce le décès de son fils à la mère. Qui ne verra jamais son corps.

Conséquence, le nourrisson n'a alors pas d'existence légale, et ne figure même pas dans le livret de famille. « Je ne passe pas une journée sans penser à ce petit bonhomme », explique la nonagénaire. C'est par l'intermédiaire de sa petite-fille qu'elle a pu tenter cette action. Aude Dernarnaud, rapporte la station de radio, est en effet avocate spécialisée en droit de la famille. Elle a donc lancé une requête en justice, de manière à permettre à Odette d'inscrire le prénom « Pierre-Alain » sur le livret de famille.

À LIRE AUSSI Les contours du nouveau congé de naissance se précisent « Deux pièces médicales attestent qu'il a vécu quatre heures », assure l'avocate. Mais la naissance du jeune enfant ayant été déclarée après sa mort, le dossier est plus compliqué à défendre. Malgré tout, Odette Pichard ne perd pas espoir : « C'est aussi un combat pour la dignité de tous les parents qui ont perdu un jour un nouveau-né », s'exclame-t [...] Lire la suite