Publicité

Falcao, Gueye, Toulouse... Le drapeau arc-en-ciel en Ligue 1, un débat qui commence à (trop) durer

Falcao, Gueye, Toulouse... Le drapeau arc-en-ciel en Ligue 1, un débat qui commence à (trop) durer

L'initiative de la LFP est devenue une tradition. Comme ces dernières années, l'instance du football professionnel français a organisé ce week-end des actions sur les différents terrains de Ligue 1 et Ligue 2 dans le cadre de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie. Et à l'image des saisons précédentes, les polémiques n'ont pas manqué, avec le refus de plusieurs joueurs de participer.

De nouveaux refus, un an après les polémiques autour de Gueye

Donatien Gomis, défenseur central de l'En Avant de Guingamp en deuxième division, a clairement assumé - d'après ses dirigeants - sa décision samedi de ne pas porter le maillot avec un flocage arc-en-ciel. Par conséquent, le Sénégalais de 28 ans n'était pas présent dans le groupe de l'EAG pour le déplacement à Sochaux. Du côté de Toulouse, plusieurs joueurs auraient pris la même décision selon la Dépêche du midi.

L'an passé, Idrissa Gueye, alors au PSG, avait boycotté de la même manière une rencontre à Montpellier, sans toutefois s'exprimer. Le milieu de terrain s'était déjà absenté pour ce week-end en 2021, officiellement pour une gastro-entérite. Parti à Everton l'été dernier, l'international sénégalais n'a donc pas eu à se débiner cette année pour cette initiative lancée par la LFP il y a plusieurs années.

Des polémiques depuis plusieurs années

En mai 2019, plusieurs joueurs n'avaient pas porté le brassard arc-en-ciel réservé alors pour le capitaine (il n'était à l'époque pas question de flocage). A Monaco, l'entraîneur Leonardo Jardim s'était retrouvé avec ce bout de tissu à son bras, laissé par Radamel Falcao. "L'important, c'est que quelqu'un du club le porte et applique ce qui est demandé par la Ligue", expliquait alors le technicien portugais. D'autres capitaines l'avaient porté puis enlevé, expliquant - à raison - que le brassard en question ne tenait pas sur le bras. A Caen, Fayçal Fajr avait lui bien débuté la partie avec un brassard classique. "Dans des matchs comme ça (pour le maintien), tu ne penses à rien. Fayçal (Fajr) a dû oublier", avançait alors une source du club normand à RMC Sport.

Après le refus de "Gana" Gueye l'an dernier, le président sénégalais Macky Sall avait pris la parole pour demander le respect des "convictions religieuses" du joueur. Pour rappel, dans ce pays musulman à 95 % et très pratiquant, les relations homosexuelles sont interdites par la loi et peuvent entraîner "un emprisonnement d’un à cinq ans". Au pays, le choix de Gueye avait été très bien perçu, au point même de le considérer comme un "héros", comme le notait le conseiller de Sadio Mané...

Article original publié sur RMC Sport