Publicité

Européennes 2024 : avec Zemmour, Giorgia Meloni trouble sa ligne

La présidente du Conseil italien Giorgia Meloni à Rome, le 23 novembre 2023.  - Credit:La Presse/Roberto Monaldo/Shutter/Sipa
La présidente du Conseil italien Giorgia Meloni à Rome, le 23 novembre 2023. - Credit:La Presse/Roberto Monaldo/Shutter/Sipa

Incrédule et suspicieux, l'état-major des chrétiens-démocrates du Parti populaire européen (PPE, conservateurs) n'a pas encore vraiment digéré la nouvelle. Pourquoi Giorgia Meloni a-t-elle laissé entrer Nicolas Bay, le seul eurodéputé zemmouriste, dans son groupe politique européen, l'ECR (European Conservatives and Reformists), au Parlement européen ?

Annoncée en fanfare par Marion Maréchal dans Le Point, la nouvelle sème le trouble chez les chrétiens-démocrates qui pensaient se rapprocher de la cheffe du gouvernement italien dans une sorte de lune de miel européenne.

« Elle met en danger sa crédibilité, commente un cadre du PPE. Giorgia Meloni avait montré ces derniers mois qu'elle était capable, avec Macron et Scholz, de résoudre les problèmes en Europe. Là, elle prend un virage brutal vers Zemmour, qui est violemment anti-Otan, et férocement pro-Poutine. C'est elle qui a le plus à perdre. Car le “spread” italien [différence entre les taux d'intérêt italiens et allemands qui a un impact sur l'économie italienne, NDLR] dépend de sa crédibilité européenne. »

Regroupement familial sous la bannière ECR

Le patron du PPE, l'Allemand Manfred Weber, devait précisément rencontrer Giorgia Meloni dans les semaines qui viennent. Le coup de Zemmour jette un froid. Comment le PPE peut-il envisager des coopérations à l'avenir si l'ECR doit s'adjoindre des élus aussi radicaux ? La consternation le dispute à la stupeur.

Dès mardi soir, quand la nouvelle se répand, Manfred W [...] Lire la suite