Publicité

Equipe de France: les explications de Todibo après son "rire nerveux" pendant la minute de silence

Ciblé par les critiques suite à son comportement en marge du match Pays-Bas-France (1-2), Jean-Clair Todibo a tenu à rétablir la vérité, sa vérité. Accusé de ne pas penser à l'enseignant assassiné à Arras et aux victimes du conflit entre Israël et Gaza, le défenseur français avait ri pendant la minute de silence en leur honneur. Face à la presse ce lundi, le central de Nice et des Bleus a expliqué cette séquence.

"J'ai tenu à m'exprimer par rapport à l'ampleur que la situation prend. L'interprétation de la situation est assez folle. Je ne pense pas être un garçon irrespectueux vis à vis de ces choses-là. Le cas était grave", a lancé Jean-Clair Todibo en marge de la conférence de presse de Didier Deschamps et Mike Maignan. "J'ai eu un rire nerveux pendant cette minute de silence mais en aucun cas je ne moquais de la situation actuelle. Le contexte était assez particulier, dans les tribunes on était au milieu des supporters adverses. Certains ont fait certaines blagues et j'ai eu un rire nerveux. Je tenais à m'excuser auprès de toutes les personnes que j'ai pu offenser avec ce rire nerveux. C'est la moindre des choses mais qu'il n'y ait pas de méprise car en aucun cas je ne me moquais de la situation."

>> Toutes les infos avant France-Ecosse

"Cela aurait très bien pu arriver à ma maman"

Sélectionné pour les matchs face aux Pays-Bas puis à l'Ecosse, Jean-Clair Todibo pourrait honorer sa deuxième cape avec les Bleus ce mardi à Lille. Mais à la veille de la rencontre face à la sélection écossaise en amical, le défenseur central de 23 ans a tenu à réaffirmer son respect pour les enseignants.

"Je suis touché car cela entâche l'éducation que ma mère m'a donnée. Certaines personnes ont dit que j'avais ri pendant cette minute de silence car je me moquais de la mort d'un professeur. Il faut savoir que ma mère travaille à l'Education nationale depuis 20 ans alors j'ai un énorme respect pour ces gens-là. Cela aurait très bien pu arriver à ma maman. Du coup cela m'embête un petit peu car cela reflète une image qui n'est pas la mienne. Je pense être un garçon avec une très très bonne éducation et avec énormément de respect pour les gens que je peux avoir en face de moi. Cela ne reflétait pas mon image et cela m'embête un petit peu."

Et Jean-Clair Todibo de conclure: "Il fallait que je m'exprime auprès de tout le monde à travers les journalistes, je préférais venir m'exprimer plutôt que de le faire via un communiqué car je trouvais que cela avait plus de poids de venir le faire de vive voix plutôt que derrière un écran. Je préférais vous parler avec mes mots à moi et vous dire ma vérité."

Deschamps a pris acte des excuses de Todibo

Interrogé sur la polémique autour de Jean-Clair Todibo, Didier Deschamps a salué le choix de son défenseur de venir assumer ses responsabilités face à la presse. Le sélectionneur des Bleus a semblé vouloir passer à autre chose et a confirmé que le Niçois restait parmi les joueurs susceptibles de jouer contre l’Ecosse.

"C'était son souhait de pouvoir s'exprimer. Cela a pris des ampleurs importantes, il est touché de par ce qui a suivi cette attitude. Il s'est excusé auprès de moi, ce n'est pas une attitude à avoir dans ce moment-là", a indiqué le technicien face à la presse. "C'est mieux de venir s'expliquer devant vous avec ses mots plutôt que de faire un communiqué. Ce n'est pas la meilleure situation mais il reste à disposition, comme les autres joueurs, pour mardi."

Article original publié sur RMC Sport