Publicité

« Dr House » : le grand retour sur Netflix du toubib qu’on adorait détester

« Dr House », immense succès de la télé entre 2004 et 2012 aux États-Unis (entre 2007 et 2013 sur TF1).  - Credit:DR
« Dr House », immense succès de la télé entre 2004 et 2012 aux États-Unis (entre 2007 et 2013 sur TF1). - Credit:DR

Où regarder en streaming

Avec ses comprimés de vicodine, sa canne et ses vannes de sniper atrabilaire, le docteur Gregory House a déboulé tout boiteux dans nos vies un beau soir de février 2007 sur TF1. Le coup de foudre pour ce toubib misanthrope, doublé au scalpel en VF par le flamboyant Féodor Atkine, fut aussi radical qu'un électrochoc. On a tout de suite adopté cette bête de charisme campée par un Hugh Laurie alors quasi inconnu, dans cette série médicale créée en 2004, sur la chaîne Fox, en plein tsunami du genre sur le petit écran – Urgences caracolait encore dans les audiences sur NBC et Grey's Anatomy affûtait ses bistouris, prête à tout casser sur ABC en mars 2005.

À partir du 1er février, Netflix nous propose un rab de consultations avec l'intégrale des huit saisons de Dr House (House M.D en VO) et pas question de quitter la salle d'attente : en VO ou dans sa grandiose VF, ce feuilleton imaginé par David Shore se dévore avec le même plaisir gourmand et la même addiction que celle de House pour ses pilules. À la différence de ses consœurs du bloc, Dr House ne déroulait pas la chronique chorale du quotidien des soignants mais assumait de braquer ses projecteurs sur un personnage : Gregory House donc, chef du département de médecine diagnostique de l'hôpital universitaire (fictif) de Princeton-Plainsboro, dans le New Jersey.

Junkie narcissique et immature

Affligé d'un handicap à la jambe droite depuis un infarctus, le docteur House a conservé de [...] Lire la suite