Publicité

Dortmund-Leipzig: que retenir de la prestation du Borussia avant le PSG

Sorti sans gloire (0-2) de la Coupe d’Allemagne par Stuttgart cette semaine, après avoir miraculeusement accroché le leader de la Bundesliga (1-1), le Bayer Leverkusen, lors de la précédente journée, le Borussia Dortmund n’a pas trouvé les moyens de se relancer en championnat ce week-end. Réduit à 10 au sortir du premier quart d’heure après l’exclusion de son n°15 emblématique Mats Hummels, revenu à son meilleur niveau depuis le début de la saison, le BVB a souffert en infériorité numérique et s’est logiquement incliné (3-2) à domicile face au RB Leipzig.

Le premier revers du Bayern Munich cette saison offrait à ces deux équipes l’occasion de se rapprocher au classement en cas de victoire. Objectif pour le BVB ? La quatrième place. Pour le Borussia Dortmund, qui peine à installer une idée de jeu dans le temps, ce choc devait aussi lui permettre d’accumuler un peu de confiance avant de recevoir le Paris Saint-Germain mercredi (21h), en Ligue des champions. D’ores et déjà qualifié pour les huitièmes, le BVB peut assurer la première place de son groupe s’il ne perd pas face aux Parisiens, qui ont eux une qualification à aller chercher.

Intraitable à domicile (cinq victoires en six matches, une seule défaite contre le Bayern Munich, avant la 14e journée), mais difficile à lire cette saison, tant elle est constante dans son inconstance, tantôt brillante tantôt désespérante, l’équipe du BVB a parfois donné l’impression de ne pas vouloir jouer et de retomber dans ses travers en début de match, contre le RB Leipzig. L’exclusion de Mats Hummels (15e), pour un tacle désespéré en position de dernier défenseur, a arrangé les affaires du RB Leipzig, qui a pu lancer des offensives de tous les côtés et imposer des phases de pression intense, étouffant un Borussia incapable de se sortir de l’ornière.

Leipzig a les nerfs solides

Le club de la Ruhr a retardé l’échéance comme il a pu, profitant aussi du manque d’application des joueurs de Leipzig dans la distribution, mais les joueurs de Terzic subissaient beaucoup trop pour ne pas encaisser l’ouverture du score contre son camp de l’ancien Rennais Bensebaini (32e). Etonnamment, le Borussia Dortmund a commencé à sortir la tête de l’eau, et après deux parades coup sur coup, Blaswich a fini par s’incliner devant Niklas Süle, oublié au seconde poteau sur un centre de Julian Brandt, juste avant la pause (45e+2).

L’embellie n’a pas survécu à l’entame de la seconde période. Le Parisien Xavi Simons, premier accélérateur du jeu de Leipzig, de par sa disponibilité et son aisance technique, a provoqué le deuxième but des siens, avec un crochet suivi d’une frappe, repoussé par Kobel dans les pieds de Baumgartner (54e). Inspiré en début de match (19e, 22e), le gardien du BVB a permis à son équipe de ne pas sombrer (73e, 79e, 84e) et de conserver intact le maigre espoir d'une égalisation dans une fin de match à haute tension qui a mis les nerfs des 22 acteurs à rude épreuve.

Poulsen, après avoir mystifié Schlotterbeck (90e1), pensait avoir inscrit le but d'un break qu'il espérait définitif, mais la réduction du score de Niclas Füllkrug (90e+3) a semé la paniqué dans la moitié de terrain du RB Leipzig et rendu la fin de match complètement folle.

Auteur de l'égalisation en fin de première période, Niklas Süle s'est vu récidiver avant de comprendre que sa frappe avait été déviée in extremis par la semelle d'un joueur adverse, le ballon échouant à un cheveu de sa cible. Et il aura fallu une ultime parade de Blaswich au RB Leipzig pour sécuriser un neuvième succès cette saison.

Défait pour la deuxième fois cette semaine, le Borussia Dortmund réalise une mauvaise opération, puisqu'il accuse désormais un retard de quatre points sur son adversaire du soir avant de recevoir le PSG.

Article original publié sur RMC Sport