Publicité

Dordogne : une étudiante victime d’usurpation d’identité doit près de 2 000 euros à la SNCF.

Maelys Chaplain pourrait encore devoir 1 300 euros à la SNCF.  - Credit:ANDBZ / ANDBZ/ABACA
Maelys Chaplain pourrait encore devoir 1 300 euros à la SNCF. - Credit:ANDBZ / ANDBZ/ABACA

En se réveillant ce samedi 10 février, Maelys Chaplain connaît une drôle de surprise. Comme nous l'apprend France Bleu Périgord, la jeune fille découvre que son compte bancaire est à découvert de 400 euros.

La faute à un prélèvement de 555 euros de la Direction générale des finances publiques (DGFIP), soit plus de 60 % du salaire de cette jeune apprentie en comptabilité. Maelys Chaplain apprend qu'elle serait montée à bord de sept trains sans jamais les payer, et avec donc une amende majorée à la clé. Pire, il resterait encore 1 300 euros à régler pour la jeune femme.

La SNCF impuissante

De son côté, la compagnie ferroviaire se montre inflexible. Car les contrôleurs ne peuvent pas vérifier les cartes d'identité des voyageurs. N'importe quel mauvais payeur peut donc se faire passer pour quelqu'un d'autre et échapper à une amende. SNCF Voyageurs ne comptabilisant pas ces arnaques, il est impossible de mesurer l'ampleur de la fraude.

À LIRE AUSSI La SNCF limite le nombre de bagages dans ses TGV inOui et IntercitésAlors qu'elle termine son BTS cet été, l'apprentie ne parvient plus à se projeter dans ses études et envisage de quitter la France.

Un espoir de réparation

Une solution pourrait néanmoins sauver les finances de Maelys. Il lui faut transmettre une copie de sa plainte auprès de la DGFIP régionale et joindre l'officier du ministèrepublic (OMP). Cet agent est chargé d'instruire les dossiers d'amendes non payées et leur recouvrement.

La DGFIP pourrait alors susp [...] Lire la suite