Publicité

Disparition inquiétante (France 2) - François Berléand : "L’humour ne signifie pas qu’on minimise le drame de la maladie d’Alzheimer"

Dans cette enquête sur la disparition d’un enfant anorexique, vous incarnez Yves, le père de la commandante de police Gabrielle Perez ( Julie Gayet). Un homme qui souffre de la maladie d’Alzheimer…

François Berléand : En effet, ce commandant de bord à la retraite a des comportements assez déroutants et nécessite une surveillance constante. La réalisatrice, Stéphanie Pillonca, avec laquelle je suis très amie, voulait absolument que je sois dans son film. Elle a fait écrire ce rôle spécialement pour moi. Elle a également souhaité qu’en dépit de son état dramatique, mon personnage apporte une vraie respiration comique, à travers toutes les bêtises qu’il accumule.

N’est-ce pas un peu risqué de vouloir faire rire avec une maladie aussi cruelle ?

L’humour ne signifie pas qu’on minimise le drame. Ça permet juste de faire baisser la tension. À travers le personnage de Julie Gayet, on voit bien toutes les difficultés auxquelles sont exposés ceux qui ont à s’occuper d’un proche atteint par ce mal. Stéphanie Pillonca se sent concernée par les enjeux médico-sociaux. Dans ce film, elle montre bien l’état des hôpitaux et combien le personnel soignant est débordé, faute d’effectifs. Elle vient d’ailleurs d’achever un documentaire dans lequel elle a suivi une personne en fin de vie pendant deux ans.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi