Publicité

D’après son beau-père, Matthew Perry était enfin « heureux » juste avant son décès

Selon Keith Morrison, l’acteur était prêt à entamer un nouveau chapitre de sa vie avant de mourir. Cinq mois après sa disparition, la douleur est encore vive.

L'acteur Matthew Perry lors de la promotion de son livre Friends, mes amours et cette chose terrible  - Credit:Cover Images / ROGER WONG/INSTARimages.com/Cover Images
L'acteur Matthew Perry lors de la promotion de son livre Friends, mes amours et cette chose terrible - Credit:Cover Images / ROGER WONG/INSTARimages.com/Cover Images

Voilà cinq mois que Matthew Perry a quitté ce monde, emporté par une overdose de kétamine, et les personnes qui ont croisé sa route continuent à le pleurer et à louer ses qualités humaines. C'est notamment le cas de Keith Morrison, le beau-père de l'acteur, pour qui cette mort prématurée est proprement injuste. En effet, à l'entendre, Matthew Perry était prêt à entamer un nouveau chapitre de sa vie après des années de lutte contre ses addictions.

« Il se disait heureux, et il n'avait pas dit ça depuis très longtemps », a confié Keith Morrison au micro du podcast Making Space. « C'est une source de réconfort. Mais il n'a pas eu droit à son troisième acte, et ce n'est pas juste. Et comme il l'a dit lui-même : Si je devais mourir subitement, les gens seraient choqués, mais peu de gens seraient surpris. Et il avait raison. »

À LIRE AUSSI Qui sont les héritiers de Matthew Perry ?

La douleur d'une famille

Par ailleurs, l'une des grandes satisfactions de Keith Morrison durant les mois qui ont précédé la mort de la star de Friends est de l'avoir vu renouer avec sa mère, Suzanne Perry, dont il partage la vie depuis 1981. « Je ne pense pas en dire trop en disant que vers la fin de sa vie, ils étaient plus proches que je ne les avais vus depuis des décennies », a-t-il poursuivi. « Ils s'envoyaient constamment des SMS et il partageait avec elle des choses que la plupart des hommes d'âge moyen ne partagent pas avec leur mère. »

Pour Keith Morrison comme pour la mère du comé [...] Lire la suite