Publicité

Cyclisme: Armstrong questionne la place des athlètes transgenres... le retour de bâton est violent

Cyclisme: Armstrong questionne la place des athlètes transgenres... le retour de bâton est violent

Déchiré entre la volonté d’inclure et l’impérieuse nécessité de préserver son équité, le sport fait face, ces dernières années, au dilemme des athlètes transgenres. La Fédération internationale d’athlétisme ne les accepte plus dans les épreuves féminines pour protéger la catégorie, mais dans d'autres sports appelés à se positionner, le débat est encore loin d’être tranché.

L’ancien triathlète et cycliste américain Lance Armstrong s’est proposé de participer à la discussion sur l’inclusion des personnes transgenres. Autour de cette question qui divise, deux camps s’affrontent: d’un côté, ceux qui défendent le droit des personnes transgenres à concourir et, de l’autre, ceux qui estiment qu’elles bénéficient d’un avantage physiologique.

"De tous les sujets controversés qui existent aujourd'hui, je ne suis pas sûr qu'il y en ait d'aussi passionnés que celui des athlètes transgenres dans le sport", reconnaît Lance Armstrong sur Twitter. L’ancien coureur s’inquiète néanmoins du climat qui règne dans la société autour de ce sujet, regrettant que la discussion ne soit pas plus apaisée.

"Sommes-nous vraiment arrivés à une époque et à un moment où le débat animé n'est pas seulement désapprouvé, mais craint? N'existe-t-il pas un monde où l'on peut soutenir la communauté transgenre et s'interroger sur l'équité des athlètes transgenres dans le sport sans pour autant être taxé de transphobe?", s’interroge-t-il sur les réseaux sociaux.

"S'il y a une personne que je n'écouterai jamais sur le principe d'équité dans le sport, c'est bien Lance Armstrong"

Lance Armstrong ne s’est pas réveillé ce dimanche matin en souhaitant prendre à bras le corps cette épineuse question. Il s’exprimait ce week-end dans le cadre de la promotion d’une série de son podcast The Forward consacrée à ce sujet.

Et cela n’a pas tardé à lui être reproché, les internautes s’étonnant qu’un tricheur de haut vol tel que lui puisse mener une discussion sur l’équité dans le sport, Armstrong ayant été déchu de ses sept titres sur le Tour de France (entre 1999 et 2005) pour s’être dopé à l’EPO, "un carburant de fusée" selon ses propres termes, employés dans un documentaire diffusé sur ESPN en 2020.

"Si j'étais un athlète à la retraite à qui l'on a retiré ses sept titres sur le Tour de France et qui a été banni à vie du cyclisme pour avoir utilisé des produits dopants, je m'abstiendrais probablement de participer à toute conversation sur 'l'équité dans le sport'", s’agace un internaute sur Twitter. "S'il y a bien une personne que je n'écouterai jamais sur le principe d'équité dans le sport, c'est bien Lance Armstrong", tonne un autre.

Des réactions de ce type ont fleuri par dizaines sur la toile, partout dans le monde. Même le très conservateur journaliste britannique Piers Morgan a fait part de son malaise: "Je vous suggère poliment de vous éloigner de tout débat sur l'équité dans le sport."

Dans la vidéo de promotion de son podcast, Armstrong apparaît aux côté de Bruce Jenner, devenu Caitlyn depuis qu’il a changé de sexe, médaille d’or du décathlon masculin des Jeux olympiques 1976 de Montréal. Caitlyn Jenner s'est prononcée en faveur des restrictions imposées aux athlètes transgenres dans les compétitions sportives.

Article original publié sur RMC Sport