Publicité

Coupe du monde de rugby: "Nous sommes aussi le pays du béret", défend Jean Dujardin après les critiques sur la cérémonie d'ouverture

Coupe du monde de rugby: "Nous sommes aussi le pays du béret", défend Jean Dujardin après les critiques sur la cérémonie d'ouverture

Jugée raté par beaucoup de telespectateurs et critiques, la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de rugby au Stade de France a été vivement défendu par Jean Dujardin ce jeudi sur son compte Instagram. L'acteur français défend le spectacle proposé et tacle "un déferlement de commentaires, politiques et médiatiques".

>> Coupe du monde de rugby: les infos EN DIRECT

"On a voulu célébrer notre pays"

"Je tombe à la renverse. Je n'aurais jamais pensé que ma participation à la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de Rugby déclencherait un tel déferlement de commentaires, politiques et médiatiques... On l'a voulue belle, on l'a voulue festive, on s'est amusé à l'imaginer, on s’est investi tous ensemble, bénévoles, artisans, artistes, heureux de la préparer en pensant au plaisir de tous", s'agace Jean Dujardin.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

"On a voulu célébrer notre pays, notre savoir-faire et l'histoire du rugby. La France "surannée" des années 50? C'est justement en 1954 que la France fêtait sa première victoire sur les Néo-Zélandais!" ""La France Rance"?", questionne-t-il en pointant du doigt un titre donné par Libération au lendemain de la cérémonie.

"Je ne serai le porte-drapeau d'aucun parti"

"Une cérémonie d’ouverture est toujours la présentation au reste du monde du pays où se déroule l’évènement fêté. Nous sommes effectivement aussi le pays du béret, de la gastronomie, de la culture, de l’éducation, n’en déplaise à certains… Le second degré que j’ai toujours aimé manier n’a pas été compris et je le regrette", poursuit-il dans un long texte publié ce jeudi.

"Nous aurions dû certainement nous rappeler que notre pays est largement critiqué pour son esprit polémique et « ronchon ». Dommage que nous n’ayons pu y échapper alors qu’il y avait une telle bonne volonté. Cette cérémonie n'aurait jamais dû nous opposer mais nous rassembler. Je suis un artiste, je ne serai le porte-drapeau d'aucun parti. Je vais vous laisser régler vos affaires entre vous. Je voulais que ce soit une cérémonie d'ouverture d'esprit, de partage et de joie. Je garde cette belle émotion au chaud. Allez les Bleus !"

Article original publié sur RMC Sport