Publicité

Coupe du monde de rugby: les critiques s'accumulent à propos des hymnes chantés par des enfants

Coupe du monde de rugby: les critiques s'accumulent à propos des hymnes chantés par des enfants

Après quatre ans d'attente, la Coupe du monde de rugby est enfin lancée. Et de quelle manière. Lors du match d'ouverture, le XV de France a fait plier la Nouvelle-Zélande (27-13) devant 80.000 spectateurs chauffés à blanc. Bien avant le festival sur la pelouse, la cérémonie d'ouverture avait déjà enflammé les réseaux sociaux. Jean Dujardin, Zaz, Vianney ou encore Philippe Lacheau étaient notamment les têtes d’affiche du show d'une vingtaine de minutes.

>> Revivez France-Nouvelle Zélande (27-13)

Si le spectacle d'avant-match a fait couler beaucoup d'encre, l'interprétation des hymnes par une chorale d'enfants dans le cadre de l'opération "la Mêlée des choeurs" n'a pas échappé aux critiques. "La Marseillaise la plus pourrie de l'histoire", écrit Julien Benneteau, capitaine de l'équipe de France de Fed Cup sur X (ex-Twitter).

"Horreur", "massacre", "aucune émotion"

Au final, c'est une véritable cacophonie qui a résonné dans les travées du Stade de France. Entre le public, le choeur d'enfants et les joueurs, difficile de déceler une certaine harmonie lors de la Marseillaise. De quoi faire saigner les oreilles de certains télespectateurs face à "l'horreur" et "le massacre" d'un hymne "rincé".

"Sympathique que ce soit des enfants qui chantent les hymnes, vraiment aucune émotion. Déjà hier (vendredi) La Marseillaise, aujourd’hui (samedi), le fameux 'Fratelli' Italien. On verra pour l’Écosse et les autres équipes. Dommage", écrit l'un d'entre eux. Dès vendredi soir, le Daily Mail faisait de la place à l'incompréhension anglaise concernant ce choix.

Les Italiens n'ont pas aimé

Hormis quelques exceptions, comme lors du match d'ouverture entre la France et la Nouvelle-Zélande vendredi, les jeunes chanteurs n'ont pas accès aux pelouses. Ce sont des bandes-sons enregistrées qui sont diffusées dans les stades, comme ce fût le cas lors d'Italie-Namibie ce samedi à Saint-Étienne. De quoi provoquer la colère des supporters azzurri. "On ne peut pas faire chanter les hymnes normalement s'il vous plaît? Le plus important sont les joueurs…c’est un moment unique", s'est par exemple offusqué Mirco Bergamasco, ancien international italien.

Article original publié sur RMC Sport